Nice, ville d'hospitalité

Jeudi 27 février 2020, au Théâtre de la Tour Gobella à Nice, la liste Viva a présenté le volet « solidarité » de son programme municipal. En charge de la partie consacrée à la grande précarité et l’urgence sociale, voici en substance les éléments que j’ai présenté, pour faire de Nice, enfin, une ville d'hospitalité. Verbatim.

On nous demande souvent ce que l’on pense du bilan de Christian Estrosi. La liste Viva pose un premier principe simple : tant que nous verrons à Nice des enfants dormir à la rue ou des personnes âgées contraintes de faire les poubelles pour se nourrir, nous ne pourrons pas considérer que le bilan d’une municipalité soit positif. 

Aujourd’hui que se passe-t-il à Nice ? Comme d’autres acteurs associatifs, on nous appelle parce qu’il y a une jeune maman en larmes dans un square avec deux enfants. Ils ont déjà dormi deux ou trois nuits dehors, ils ont faim, ils sont épuisés. Si vous appelez la Ville de Nice, on vous répond d’appeler le 115. Si vous appelez de 115 on vous demande immédiatement l’âge des enfants : dans les Alpes-Maritimes les enfants de plus d’un an ne sont pas prioritaires. On estime qu’ils ne sont pas en danger et peuvent dormir dehors, alors que dans la majorité des autres départements les enfants sont automatiquement pris en charge jusqu’à trois ans. Et si les foyers sont pleins on prend une chambre d’hôtel meublée pour la famille. Mais pas dans les Alpes-Maritimes. Et, bien souvent, quand des familles sont hébergées parce qu’elles ont un enfant de moins d’un an, on les met à la rue la semaine suivant le 1er anniversaire du bébé. Et il en va de même pour les femmes enceintes à la rue : on ne les prend qu’à partir du 7ème mois de grossesse alors elles sont accueillies ailleurs dès leur 4ème mois de grossesse. Quelle est cette ville où l’on considère qu’une jeune fille à la rue, enceinte de six mois, n’est pas vulnérable ?

Bien évidemment, la municipalité sortante se défaussera sur les prérogatives légales de l'État et sur la compétence du Conseil Départemental. « Ce n’est pas nous, c’est eux… ». Mais d'autres villes en France assurent, elles, davantage de solidarité et pallient aux multiples carences par un maillage serré de dispositifs autrement plus denses et plus efficaces que l'organisation niçoise de l'action sociale.

Nous posons un second principe d’action : quand bien même il faut pousser chaque partenaire institutionnel à jouer son rôle et assumer pleinement ses prérogatives, la Ville de Nice mènera une action volontariste pour garantir des conditions de vie dignes pour toutes et tous.

Mais la Ville de Nice ne se défausse pas que sur ses partenaires, elle ne s’en remet pas seulement au dévouement de ses travailleurs sociaux qu’elle pressurise sans cesse en leur laissant de moins en moins de moyens d’action, elle laisse également les associations et les citoyens solidaires pallier son indifférence.

Nous posons un troisième principe d’action : si le soutien aux associations est indispensable et sera maintenu avec une planification dans la durée, la Ville de Nice cessera de se défausser sur le travail des associations et mettra en œuvre une véritable politique municipale de solidarité et d’hospitalité.

En effet, le dévouement des travailleurs sociaux ne parvient à pas compenser le manque criant d’équipements de solidarité et de première nécessité. Et, lorsque l’on parle de conditions de vies dignes, cela passe en premier lieu par l’hébergement d’urgence.

Les places d’hébergement d’urgence sont largement insuffisantes. Il y a à Nice, 5ème ville de France, 80 places municipales d’hébergement d’urgence pour hommes, nous les doublerons.

Il n’y a que 19 places réservées aux femmes ! C’est dérisoire et indigent quand l’on connait les besoins et les risques de violences pour les femmes à la rue. Nous triplerons ce chiffre pour atteindre 60 places d’hébergement d’urgence pour femmes.

Il n’y a pas de centre municipal d’hébergement d’urgence pour les familles, nous en créerons un.

Il n’y a pas de centre municipal d’accueil spécifique pour les exilés alors que nous sommes si proche de la frontière, nous en créerons un également.

Mais l’on nous oppose systématiquement l’argument du manque de foncier disponible pour créer ces structures. Il n’y aurait donc, à Nice, pas de locaux ni de terrains disponibles pour répondre à l’urgence sociale. Et il y a là un phénomène bien étrange : quand il s’agit de sécurité, tout est possible à Nice, mais, dès qu’il s’agit de social, soudain, la volonté, la détermination et les moyens financiers font défaut !

La liste Viva s’engage à restituer sa dimension sociale à l’ancien Hôpital Saint Roch, qui redeviendra un lieu de soin, de solidarité et d’hospitalité.

Nous avons déjà le plus grand nombre de policiers municipaux et le plus grand nombre de caméras de vidéo surveillance par habitant, nous avons un budget sécurité largement supérieur à celui des villes semblables pour des résultats équivalents, nous n’avons pas besoin de dépenser 45 millions d’euros en trois ans pour un grand centre de sécurité ! Nous allons utiliser les 45 millions prévus pour répondre à l’urgence sociale. Nous casserons la convention passée avec le gouvernement et nous utiliserons les 30 000 m2 de l’hôpital, qui avait une capacité de 218 lits en 2014, pour accueillir et prendre soin. EHPAD ? Lieu intergénérationnel ? Hébergement d'urgence pour femmes, familles ou pour exilés ? Maison des femmes ou centre de soin ? Le bâtiment est suffisamment vaste pour y installer plusieurs structures faisant actuellement défaut mais nous aviserons en fonction d'un état des lieux précis des besoins puisque les données fournies par la Ville sont partielles et partiales.

Nous créerons également une aire de grand passage pour les gens du voyage et nous développerons un accompagnement social spécifique à leur attention.

85163775-10219079246984417-1566448274489999360-o

 

Mais, lorsque l’on parle de conditions minimales d’existence, avec l’hébergement, vient la question de l’hygiène. Les conditions de vie et d’hygiène dans les rues de Nice pour les sans-abris sont indignes : ni toilettes, ni douches gratuites.

Nous rétablirons des toilettes et des douches publiques fixes et gratuites dans tous les quartiers de la ville !

On ne peut garantir des conditions dignes sans nourriture et sans eau. Faut-il rappeler que nous avons dû mener bataille pour que l’accès à l’eau potable soit rétablie sur la Place du Pin car la mairie avait trouvé le moyen de couper l’eau pour chasser les SDF ?

Nous garantirons l’accès gratuit à l’eau potable pour toutes et tous, nous organiserons des maraudes municipales en complément des maraudes associatives pour un maillage complet du territoire et nous créerons des épiceries sociales municipales.

La dignité passe également par le respect de la personne, la non-discrimination et le respect des biens et des droits. Car, non contente de laisser les sans-abris dans des conditions indigentes, la Ville de Nice mène une politique discriminatoire à leur encontre en prenant chaque année des arrêtés anti-mendicité en période estivale, tout aussi injustes qu’inefficaces. Elle installe du mobilier urbain anti-SDF : accoudoirs sur les bancs publics et revêtement de galets pour empêcher les SDF de s’allonger, espaces publics clos et grillagés.

Nous mettrons fin aux politiques de stigmatisation et de ségrégation : fin des arrêtés et du mobilier urbain anti-SDF

Nous faciliterons l’inclusion des sans-abris par un véritable accompagnement municipal à la domiciliation, la préservation des biens et des données personnelles et par le respects des droits individuels.

Nous permettrons au sans-abri d’exercer leur citoyenneté et leur droit de vote et de participation aux nouvelles instances démocratiques que nous créerons.

Mireille Damiano, notre tête de liste et la liste Viva font d’ailleurs partie des premiers signataires de la charte de la Fondation Abbé Pierre pour des villes d’hospitalité et les droits des sans-abris.

Mais, dès que l’on veut mettre en place une véritable politique sociale, après l’argument du foncier non disponible, on nous objecte immédiatement qu’il n’y a pas d’argent pour cela. Or, après douze années de mandat, force est de constater que l’action sociale est le véritable parent pauvre de la politique menée à Nice par Christian Estrosi et son équipe. Et cet abandon de la politique sociale est flagrant dès que l’on regarde le budget de la Ville de Nice.

Dans le budget primitif 2020, en investissement, quand la sécurité rafle 21 M€, l’action sociale cumulée à la politique de la ville ne plafonne qu’à 8 M€. En fonctionnement, quand la sécurité atteint 72 M€ l’action sociale n’a que 25 M€ !

Et que dire des dépenses d’événementiel et de communication de la Ville qui vont s’élever à 22 M€ en 2020 !

Et que dire du financement du grand prix de formule 1 du Castellet à hauteur de 6 M€ ? À titre d’exemple, 6 M€, c’est le coût de construction d’un centre d’hébergement et d’accompagnement social.

Nous posons un quatrième principe : le gel des dépenses non indispensables de la Ville de Nice tant que les réponses à l’urgence sociale ne sont pas garanties. C’est cela, faire du social une véritable priorité !

Vous le voyez, toutes ces mesures concrètes et ces quatre principes d’action concourent à faire de Nice une ville de solidarité et d’hospitalité, qui sache tout autant prendre soin de ceux qui sont déjà ici qu'accueillir ceux qui arrivent. 

Nous refusons toute concurrence dans la misère entre « nos » SDF et les exilés qui arrivent et cherchent un refuge.

La précarité frappe aussi bien les jeunes, les familles et notamment les familles monoparentales que les personnes âgées. Nous combattrons la pauvreté sans stigmatiser les pauvres, quels qu’ils soient.  Et c’est l’engagement que nous prenons ici, ce soir, devant vous….

 

David Nakache

Président de l'association "Tous citoyens !"

Membre de la liste Viva pour les élections municipales 2020 à Nice

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.