Quand le Samu Social 06 laisse à nouveau une mère isolée avec trois enfants à la rue

Communiqué de presse inter associatif : "Quand le Samu Social 06 laisse à nouveau une mère isolée avec trois enfants à la rue"

 "Badria et ses trois enfants de 2, 4 et 9 ans ont dormi à la rue à Nice la nuit dernière. Demandeurs d’asile koweïtiens, ils ne sont pas jugés prioritaires pour être hébergés par le Samu social des Alpes-Maritimes car les enfants ont plus d’un an.

C’est la même réponse que le Samu Social nous a fait pour Salimata et ses trois enfants il y a deux jours jusqu’à ce qu’un article paraisse dans la presse et que, soudain, il était possible de payer un hôtel meublé pour elle et ses enfants (lire ici).

Dans plusieurs départements, les enfants de moins de 3 ans sont jugés prioritaires alors que dans les Alpes-Maritimes ils ne le sont plus dès les un an passés. Ce qui veut dire que, dans les Hauts-de-Seine ou la Loire Atlantique, Badria et ses enfants seraient hébergés alors qu’à Nice ils sont à la rue.

Qui peut prétendre répondre à l’urgence sociale en laissant un enfant de deux ans dormir dehors en plein hiver ?

Pourquoi les critères de prise en charge au titre de l’urgence sociale ne sont-ils pas les mêmes partout en France ?

Pourquoi sont-ils plus restrictifs dans les Alpes-Maritimes qu’ailleurs ?

Nous demandons au Préfet des Alpes-Maritimes des explications claires sur ces critères de prise en charge.

Nous demandons que plus aucun enfant ne dorme à la rue et que des moyens matériels et humains suffisants soient enfin débloqués pour répondre réellement à l’urgence sociale dans les Alpes-Maritimes.

Et nous demandons, de toute urgence, un toit pour Badria et ses trois enfants.

Dans l’attente, et pour palier à nouveau aux carences des pouvoirs publics, les citoyens solidaires se relaient pour les nourrir et les héberger…"

Les associations "Cent pour Un", "Habitat et citoyenneté" et "Tous citoyens".

 

49608106-10215797498542757-8134559198382915584-n

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.