Djihadisme dans les Alpes-Maritimes : élus populistes... taisez-vous !

Le déluge verbal de certains élus azuréens sur tout ce qui se rapporte de près ou de loin à l'islam n'a d'égal que leur absence abyssale d'analyse et de vision globale sur les entreprises terroristes se jouant dans notre département.

L'annonce par la presse, mercredi 8 octobre 2017, de cinq interpellations par la police dans le cadre d'une opération antiterroriste à Menton repose la question de l'implantation des réseaux terroristes dans notre département. Soulignons tout d'abord l'efficacité des forces de police nationales et des services de renseignements dans ce domaine d'intervention.

Si l'on prend du recul par rapports aux événements récents, nous constatons que nous parlons souvent de "radicalisation", de "djihadisme" ou de "terrorisme" pour désigner des réalités bien différentes et que les incessantes polémiques sur le sujet laissent souvent peu de place au discernement. 

Souvenons-nous des violentes polémiques sur le burkini et des arrêtés municipaux discriminatoires, cassés ensuite par la justice. 

Regardons l'acharnement de la Ville de Nice  contre la Mosquée En-Nour, pourtant déjà condamnée par le Conseil d'Etat dans ce dossier pour atteinte à la liberté de culte : accuser, dénigrer, jeter l'anathème et engager des procédures sans fin sans jamais apporter un seul élément probant pour confirmer ses accusations. 

Regardons encore les arguments sans cesse rabâchés sur la présence possible de djihadistes parmi les réfugiés : quel bon prétexte pour ne pas avoir à les accueillir ! Quel moyen facile d'accuser les citoyens solidaires au lieu d'assumer ses propres obligations légales !

Tout se passe comme si nos élus cherchaient des boucs émissaires faciles à livrer à la vindicte populaire (femmes voilées, musulmans pratiquants, réfugiés, citoyens solidaires) pour masquer leur inaptitude à lutter efficacement contre le terrorisme.

- L'affaire Cannes-Torcy ? Rien vu, rien su. 

- Le réseau de recrutement d'Omar Omsen à Nice ? Pas au courant.

- L'attentat du 14 juillet ? C'est la faute du gouvernement...

Le déluge verbal de certains élus azuréens sur tout ce qui se rapporte de près ou de loin à l'islam n'a d'égal que leur absence abyssale d'analyse et de vision globale sur les entreprises terroristes se jouant dans notre département.

Chers élus populistes, démagogues éhontés et politiciens irresponsables, cesser d'alimenter les peurs pour vendre votre politique sécuritaire et vous faire réélire. Arrêtez de créer de fausses polémiques et de désigner de faux coupables pour masquer vos inaptitudes. Agissez pour l'intérêt général et luttez réellement contre le terrorisme, à court, moyen et long terme, et, dans l'attente de résultats, de grâce, taisez-vous !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.