Nice 2020 : ne nous résignons pas !

Des citoyennes et des citoyens, anonymes, n'attendent qu'un signal pour enclencher le cycle du renouveau politique à Nice. La mobilisation des abstentionnistes de gauche est la seule voie possible pour mettre fin au règne des inégalités sociales, de la xénophobie et du chacun pour soi dans notre ville. Ensemble, nous proposerons une alternative.

La gauche niçoise est divisée et affaiblie. Le choix d'EELV d'une liste autonome avec l'Alliance Ecologiste Indépendante est un non sens. Cette décision est d'autant plus regrettable qu'elle intervient au moment où les partis traditionnels et les mouvements citoyens étaient prêts à se ranger sous la bannière écologique pour faire localement face à l'urgence climatique.

Mais l'important n'est pas là. Quand bien même l'ensemble des partis traditionnels de gauche seraient unis et quand bien même ils feraient le plein de voix de leurs adhérents respectifs, cela ne changerait pas l'équilibre politique local. La seule alternative possible pour inverser les choses est la mobilisation des niçoises et des niçois ayant le cœur à gauche et n'allant jusqu'à présent pas voter.

La mobilisation des abstentionnistes de gauche est la seule voie possible pour mettre fin au règne des inégalités sociales, de la xénophobie et du chacun pour soi dans notre ville.

Proposer une alternative à gauche, ce n'est pas simplement déplacer le curseur de la politique menée par Christian Estrosi de quelques degrés vers la gauche. C'est un changement de nature, un changement de paradigme pour repenser de fond en comble la politique municipale et métropolitaine.

Nous souhaitons un changement de paradigme écologique pour baisser drastiquement la production locale de gaz à effet de serre, endiguer les pics d'ozones et la pollution aux particules fines. Nous voulons revégétaliser notre environnement urbain, lutter contre l'artificialisation et l'imperméabilisation des sols et mettre enfin le cap sur la qualité de vie des habitants. Nous devons accompagner les entreprises locales dans leur transition environnementale grâce à une ambitieuse stratégie de développement économique à l'échelle de la Métropole.

Nous voulons un changement de paradigme social pour faire de Nice une ville d'hospitalité où l'on cesse de chasser les SDF, les Roms et les migrants et que l'on lutte réellement contre la pauvreté au lieu de stigmatiser les pauvres, les habitants des quartiers défavorisés et les minorités. La solidarité doit irriguer nos politiques publiques envers les séniors comme envers les jeunes étudiants, actifs ou les jeunes en situation de rejet et de marginalisation. Nous devons impulser une politique forte envers les classes moyennes actives et notamment les mères isolées qui ont tant de mal à boucler les fins de mois. Nous devons mener une politique municipale de la petite enfance qui fasse que les familles souhaitant un enfant ne soient pas immédiatement confrontées à la question financière.

Nous posons comme préalable à toute politique municipale future un changement de paradigme citoyen, pour donner enfin un réel pouvoir de décision local aux Niçoises et aux Niçois. La démocratie locale ne se satisfait plus de consultations fantoches, de comités de quartiers téléguidés et de décisions absurdes prises en dépit du bon sens. Nous avons toutes et tous une expertise en tant qu'habitant de nos quartiers et nous ne laisserons plus les décideurs bouleverser notre quotidien sans notre accord. Les citoyens doivent être partie prenante de l'élaboration des politiques municipales, de leur mise en œuvre et de leur évaluation. 

Ces changements de paradigmes sont possibles en dépit de la résignation actuelle consistant à voir la gauche marginalisée à Nice et en dépit des querelles de personnes et des jeux de pouvoir. Des citoyennes et des citoyens niçois, anonymes, n'attendent qu'un signal pour enclencher le cycle du renouveau politique à Nice.

On me demande avec insistance si je suis candidat à l'élection municipale. Je ne vais pas annoncer de candidature personnelle ni de constitution de liste autour d'une personne. Le temps des égos est révolu. J'œuvre depuis des années à faire vivre la démocratie locale à Nice, pour plus de solidarité envers les plus démunis et pour que l'humanisme ne soit pas un vain mot mais guide nos actions au quotidien. Je participe depuis plusieurs mois à un rassemblement citoyens pour les municipales et je continuerai à y contribuer. Je réponds favorablement à l'appel au rassemblement lancé par le parti communiste niçois.

Ne nous résignons pas ! Quelque soit la forme nous trouverons rapidement, ensemble, le moyen de proposer une alternative aux Niçoises et aux Niçois pour les élections municipales à Nice en 2020.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.