Delahaye JP
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 août 2017

Delahaye JP
Abonné·e de Mediapart

Monsieur le Président, la semaine de 4 jours est une déscolarisation institutionnelle

Monsieur le Président, votre décision de rendre à nouveau possible la semaine de 4 jours est une déscolarisation institutionnelle. C'est une facilité qui signe un retour aux errements de 2008. Cette capitulation devant les intérêts particuliers est un coup porté à tous les enfants en général mais singulièrement aux enfants des milieux populaires qui n’ont que l’école pour construire leur devenir.

Delahaye JP
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jean-Paul Delahaye

Ancien directeur général de l’enseignement scolaire (2012-2014)

Monsieur le Président de la République,

la semaine de 4 jours est une déscolarisation institutionnelle

Nous sommes un curieux pays, Monsieur le Président de la République, qui considère que les enfants apprendront d’autant mieux qu’ils fréquenteront moins l’école primaire. Pourtant, comme vous le savez, les mauvais résultats de 30 % de nos élèves de 15 ans aux évaluations nationales et internationales proviennent pour l’essentiel de difficultés non résolues au début de leur scolarité. Or, en 2008, le gouvernement de l’époque a décidé contre toute logique de supprimer une matinée de classe à l’école primaire française, c’est-à-dire de priver les enfants d’un bon temps scolaire, en concentrant les 24 h de classe sur 4 lourdes journées de 6h. Une exception sur la planète qui a eu pour conséquence de réduire le temps scolaire de nos élèves du primaire à 144 jours de classe, contre par exemple 190 pour les enfants du Royaume-Uni, 210 pour ceux d’Italie et du Danemark. Mais il est vrai que, suite à cette décision nuisible aux enfants, les collectivités locales ont fait des économies de fonctionnement et de transport scolaire, les parents qui le pouvaient ont pu combler ce manque d’école en finançant des activités complémentaires et les enseignants ont bénéficié d’une organisation leur enlevant une matinée de classe. Comme le disait en 2010 le directeur général de l’enseignement scolaire, qui est aujourd’hui votre ministre, tout cela a été rendu possible parce que "le monde des adultes s’est entendu sur le monde des enfants". Et il avait parfaitement raison.

Plusieurs textes majeurs ont d’ailleurs rapidement dénoncé cette décision. Je crois utile, Monsieur le Président, de vous les rappeler car ils n’ont peut-être pas été portés à votre connaissance. Ils sont toujours d’actualité.

Tout d’abord, l’académie nationale de médecine a adopté un rapport le 19 janvier 2010 qui affirme sur des bases scientifiques que la semaine de 4 jours est néfaste, qu’elle fatigue les enfants et qu’« il faudrait une année scolaire de 180 à 200 jours, 4 à 6 heures de travail par jour selon l’âge de l’élève, 4 jours et demi à 5 jours de classe par semaine en fonction des saisons ou des conditions locales ».

Ensuite, le ministre Luc Chatel a réuni une conférence nationale qui a rendu un rapport sans ambigüité en janvier 2011 : « - La journée est trop longue et fatigante, à tous niveaux. La semaine de quatre jours à l’école primaire est inadaptée et fait l’unanimité dans la description de ses inconvénients : fatigue des élèves et resserrement des enseignements ».

Parallèlement, la « Mission d’information parlementaire sur les rythmes de vie scolaire » présidée par la députée LR Michèle Tabarot a rendu ses conclusions le 8 décembre 2010 : « S’agissant de la semaine de quatre jours, elle devrait être interdite… Car la semaine de quatre jours, tant plébiscitée, a été choisie par les seuls adultes alors qu’elle est préjudiciable aux apprentissages… ».

Et il y a l’appel lancé en octobre 2010 à l’initiative du réseau des villes éducatrices, avec une quarantaine d'organisations d'enseignants, de parents, d'associations d’éducation populaire, péri éducatives, de mouvements pédagogiques, de lycéens et d'étudiants, dit « Appel de Bobigny » qui demande qu’on prenne « en compte les préconisations de l'Académie de médecine à propos de l'école primaire. Il faut refuser la semaine actuelle de 4 jours… ».

Enfin, l’Institut Montaigne qui a, dit-on, inspiré votre programme disait en avril 2010 qu’il fallait « revenir immédiatement à la semaine de 5 jours incluant le mercredi ».

Pourtant, il ne s’est rien passé à l’époque. Car autant il avait été facile et rapide de prendre, sans concertation aucune, une décision favorable aux adultes en 2008, autant les intérêts particuliers des mêmes adultes ont ensuite pesé pour que rien ne se passe dans l’intérêt des enfants jusqu’en 2013, malgré tous les rapports officiels et les belles proclamations.

Contrairement à celui de 2008, le décret courageux de Vincent Peillon qui décide en 2013 du retour d’une 5e matinée permettant d’alléger les journées de classe est, lui, le fruit d’une longue maturation. Il a bien sûr bénéficié de tous les rapports et avis scientifiques émis depuis 2010 demandant le retour de la semaine de 5 jours de classe. Mais, de plus, le ministre a réuni pendant l’été 2012 une grande concertation nationale pour la refondation de l’école. Un groupe de travail « les élèves au cœur de la refondation » présidé par Agnès Buzyn, aujourd’hui votre ministre de la santé, s’est penché sur les rythmes éducatifs et et le rapport final de la concertation a demandé, lui aussi, de revenir à la semaine de 5 matinées : « En primaire, le nombre d’heures de cours ne doit pas excéder 5h par jour… Augmenter à l’école primaire le nombre de jours de classe, par la mise en place d’une semaine de quatre jours et demi. La demi-journée supplémentaire serait le mercredi, avec possibilité de dérogations au niveau des communes ». L’automne 2012 a été consacré à la préparation de la réforme avec tous les partenaires : les collectivités territoriales, les parents, les représentants des personnels, les autres services de l’Etat, le monde associatif. La réflexion aura ainsi duré au total 3 années (2010-2013). Cette réforme a donc été annoncée, préparée sur la base de travaux scientifiques, et concertée en s’efforçant de répondre aux différentes demandes formulées depuis 2010, notamment en laissant des marges d’organisation sur le plan local aux municipalités et aux conseils d’école, et en prenant en compte les différents temps de l’enfant à travers le projet éducatif territorial.

La mise en œuvre n’a certes pas été facile mais notre pays s’était mis en marche dans l’intérêt des enfants. Au-delà des objectifs pédagogiques, n’oublions pas, Monsieur le Président, qu’avant la réforme seuls 20 % des enfants bénéficiaient d’activités périscolaires, ils sont aujourd’hui plus de 70 %. L’OCDE, qui avait souligné naguère le nombre exceptionnellement faible de jours de classe en France, a salué la réforme Peillon comme allant dans le bon sens. La réforme a aussi permis qu’on travaille davantage localement, entre partenaires, autour du temps global de l’enfant : le rapport de la sénatrice PS Françoise Cartron qui fait le point sur la mise en place des projets éducatifs territoriaux (PEDT), en mai 2016, le relève : « La réforme des rythmes scolaires, confrontée les premiers mois à des difficultés d'organisation laisse peu à peu sa place au projet collectif nécessaire à la réussite de la réforme des temps de l'enfant ». Enfin, tout en pointant les difficultés bien réelles de mise en œuvre de la réforme, le Sénat a rendu un nouveau rapport le 7 juin 2017 intitulé « Rythmes scolaires ; faire et défaire, en finir avec l’instabilité » qui demande de « faire prévaloir l’intérêt de l’enfant » et de « conserver le principe d'une semaine scolaire d'au moins quatre jours et demi à l'école élémentaire ».

Un consensus dépassant les clivages politiques existait donc sur cette question.

Monsieur le Président, votre décision de rendre à nouveau possible la semaine de 4 jours est une facilité qui annule tous ces efforts et signe un retour aux errements de 2008. Elle a été prise sans concertation, sans nouvelle étude scientifique qui viendrait contredire les précédentes. D’ailleurs, si cette étude existait il faudrait d’urgence, Monsieur le Président, que vous la transmettiez à tous les autres pays du monde qui ne savent pas qu’ils dépensent inutilement leur argent en scolarisant leurs enfants au moins cinq jours par semaine. En procédant à ce qu’il faut bien appeler une déscolarisation institutionnelle pour des raisons autres qu’éducatives, vous prenez la lourde responsabilité de laisser ainsi à penser à nos concitoyens que le temps scolaire des enfants est un fardeau dont les adultes peuvent se débarrasser impunément en le concentrant sur un minimum de jours. Cette capitulation devant les intérêts particuliers est un mauvais coup porté à tous les enfants en général mais singulièrement aux enfants des milieux populaires qui n’ont que l’école pour construire leur devenir.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar