Raoult : ni gloire, ni infamie.

D'ici là à chaque médecin de faire ce qui lui semble juste dans l'intérêt des patients et c'est pourquoi ils-elles ont toute mon admiration et mon soutien quelque soit leur décision en la matière.

Au sujet de Raoult : ni gloire, ni infamie.

Les internautes débattent avec passion du traitement proposé à Marseille par le Professeur Raoult dans un climat d'angoisse générale peu propice à un débat serein. Après avoir beaucoup lu toutes les parties sur le sujet il me semble au fond que les choses sont assez simples.

- L'étude publiée dans les premiers jours par l'équipe de Raoult ne présente pas les garanties d'une étude scientifique dans les règles de l'art et ne permet pas, par conséquent, de conclure quoi que ce soit.
- Ce traitement ne sera en aucun cas un remède miracle permettant d'éviter le confinement d'ailleurs même Raoult ne le dit pas.
- L'intuition de Raoult mérite d'être explorée et il a parfaitement le droit en tant que médecin avec l'accord de ses patients de tenter quelque chose, sous sa responsabilité, dans une situation d'urgence, et en l'absence de tout autre traitement disponible, dans un rapport bénéfices-risques qu'il évalue de manière raisonnable s'agissant de deux molécules parfaitement connues du corps médical.
- Raoult est incontestablement un homme compétent dans son domaine et l'un des meilleurs spécialistes au monde sur ces question. Cela n'en fait pas un messie mais lui donne le droit d'avoir un point de vue qui en vaut un autre.
-Les procédures habituelles de test d'un médicament qu'on lui oppose ne résistent pas à une situation de pandémie mortelle et à la saturation du système hospitalier, elles ne peuvent donc pas raisonnablement lui être opposées comme un argument d'autorité.
- Enfin ni les citoyens , ni lui , ni ses collègues ne détiennent pour l'heure de vérité. Le juge de paix viendra rapidement : les résultats obtenus à Marseille et dans les essais cliniques en cours en France et en Europe sur le traitement qu'il a proposé parleront bientôt et nous dirons la fin de l'histoire : efficacité totale partielle ou nulle. Alors on se calme et on attend les résultats. D'ici là à chaque médecin de faire ce qui lui semble juste dans l'intérêt des patients et c'est pourquoi ils-elles ont toute mon admiration et mon soutien quelque soit leur décision en la matière.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.