Projet de loi de transformation de la fonction publique

Les gloses d'ébouillanter le homard - elles n’effleurèrent pourtant guère le projet de loi de transformation de la fonction publique.

Homard © DG Homard © DG

C'est en toute discrétion, derrière les clameurs outrées suscitées par les prévarications d'un ministre, qu'a été voté en commission mixte paritaire le 18 juillet, le projet de  loi de transformation de la fonction publique déposé le 27 mars 2019.  Il sera présenté à nouveau devant les sénateurs ce mardi 23. Mise en application du rapport Cap 2022 ,  le projet de loi permet  l'introduction des contrats de projet dans la fonction publique, la généralisation des 35h sur tout le territoire, la priorité d'embauches de contractuels, la mobilité favorisée entre public et privé, la notion de performance des fonctionnaires accompagnée de la disparition des notations, le détachement d'office des fonctionnaires lors de la cession d'activité de services gérés par des personnes morales de droit public à des personnes morales de droit privé,... parmi toutes  les transformations envisagées. Ce n'est d'ailleurs pas tant une absence de protection dont bénéficieront les fonctionnaires détachés d'office qui pose question, que la facilité avec laquelle est envisagée la cession des activités de l’État à des personnes morales de droit privé.

Et le plus inquiétant, c'est que cela ne génère que peu d'analyses critiques dans les médias, et ici, quelques brèves de l'agence Reuters.

 

Projet de loi

Entretien : "L’action publique captée par la finance" Un entretien d'Anicet le Pors par Amélie Coursaud - La marseillaise.fr

Analyse FO - Ville de Paris

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.