Violences policières sur Gilets Jaunes

Mots de la rue et violences policières. Chronique vidéo de l'acte IX des Gilets Jaunes à Paris. Samedi 12 janvier 2019.

 

ACTE IX. Violences policières.

Sortir de la rame et enfiler son masque. Dans les couloirs gazés de la station Étoile, trouver une sortie. Être saisie de dos par la RATP poussant vers le conflit, manu militari. On résiste aux deux gars, on repousse l’assaillant. Les portes font pression sur les épaules qui luttent. Le flashball, ça ira. Place de l’Étoile enfin. Oui, vous pouvez entrer. Mais sortir, plus question. Dans la fumée épaisse, près de l’eau du canon, les grenades dans les pieds : pleurer vraiment sa race !

On attend dans la nasse. On croise le touriste, quelque peu égaré. Et puis la bande de potes. Ils sortaient du resto, ils n’ont pas tout compris. Et les voilà coincés.

Le soir, on dit là-bas que tout s’est bien passé. Violences policières ? Jamais ! Pourtant. Ça jetait des grenades jusque sur les passants et entre les bagnoles quand il n’y avait plus le moindre manifestant … Ça gazait les gamins. Ça tirait dans les têtes. Sur l’Etoile, le gars gisait au sol, à demi inconscient. Un autre éructait, la tête ensanglantée. A Friedland, la GLI-F4 pour canarder. Un type, derrière moi, eut la joue arrachée tandis que nous courions – chargés pour quelle raison ?

 

ACTE IX - PAROLES DE LA RUE ET VIOLENCES POLICIÈRES © Moments of being

 

Gilets Jaunes - Acte IX - Yellow Tango. Electro Tango place de l'Etoile. © Moments of being

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.