Le FN à l’Assemblée (1986-1988) _II-08_terrorisme, peine de mort et sûreté de l’État

« Le terrorisme, c'est la guerre » : tel est le constat que fait le FN en 1986). De là découle une praxis : « alors, aux grands maux, les grands moyens, et vite ! ». Le cadre est tracé pour ce débat sur le terrorisme, auquel vont participer 5 députés FN (sur 35). Pour eux, « les grands moyens », c’est - d’une façon prioritaire et incontournable - la peine de mort.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.