Retraites : QUI a dit QUOI ?. Un jeu pour retour de manif

Bien sûr, on peut faire dire n’importe quoi aux phrases sorties de leur contexte ... mais il n’empêche, comme le disait le poète (René Char), que « les mots savent de nous des choses que nous ne savons pas d’eux ».

Bien sûr, on peut faire dire n’importe quoi aux phrases sorties de leur contexte ... mais il n’empêche, comme le disait le poète (René Char), que « les mots savent de nous des choses que nous ne savons pas d’eux ».
Alors, que nous disent toutes les phrases référencées ci-dessous ( et qui sont toutes extraites des rétro-débats retraites / Assemblée nationale 2003 ) ?
Mais ... question subsidiaire ( ou plutôt préalable ) : QUI a dit QUOI ?
(Inutile de dire que des surprises sont au rendez-vous !)

 Rappel :
 Qui a dit :
« L'allongement uniforme de la durée de cotisation fait dorénavant de la retraite à soixante ans une fiction. » ? ( voir réponse dans  mon article de blog d’hier)

 

A suivre :
Sont nominés (par ordre alphabétique /  le même peut intervenir plusieurs fois .)

ACCOYER (UMP/ rapporteur)
AYRAULT (président du groupe socialiste)
BILLARD (Mme/ Non inscrit/ Verts/ « Martine B. » dans le texte des chroniques
BOCQUET (président du groupe communiste)
BRARD (« apparenté » PC)
DEBRE ( UMP/ président de l’Assemblée nationale)
FILLON, ministre des affaires sociales
GLAVANY (PS)
GORCE (PS)
GREMETZ (PC)
JACQUAT (porte parole de l’UMP dans le débat)
RAFFARIN, premier ministre
SANDRIER (PC)
TERRASSE (porte-parole du groupe socialiste dans le débat)
ZIMMERMANN (Mme / UMP/ présidente de la délégation femmes)

 Qui a dit ?

2  « Ce serait un Hiroshima social ! »

3  « Cessez d'exploiter les femmes ! »

4  « [ Il s’agit d’une ] réforme de sécurité nationale. »

5  « Nous voulons inscrire dans le marbre ce que les Français nous ont demandé. »

6  « Pour notre part, nous continuons à penser que la retraite doit être financée par les cotisations et non par les impôts.»

7  « Ce qui est  désormais essentiel , c’est de  changer le regard des entreprises sur les salariés. »

8  « Du chantier au cimetière : voilà, pour de nombreux salariés, la logique sous-jacente de votre projet ! »

9   « On est sorti de l'esclavage !  Dorénavant, pour les faire travailler, il faut payer les salariés ! »

10 « " Il est surcoté ", "il est décoté" , il est tricoté, et quoi encore ? »

11 « Il ne faut pas que çà rouille ! »

12 « L’équité est le cache-sexe du social . »

13 « La France n’a d’autre choix que de se retrousser les manches. »

14 « Les retraites ne sont ni une charge ni un handicap pour l’économie, bien au contraire. »

15 « J'ai l'impression que la majorité veut transformer la lutte des classes en lutte des classes d'âge. »

16 « On finit même par se demander à quel moment les salariés sont les bienvenus dans les entreprises. »

17 «  Ce n’est pas de l’obstruction, c’est une demande de débat. »

18 « Quand cesserez-vous de chanter ce refrain selon lequel il n'y aurait qu'une seule solution : la vôtre ? »

19 « Il s’agit moins de proposer un contre-projet que de proposer un dosage. »

20 « Les débats ne sont jamais stériles. »

Réponses dans commentaire 1

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.