Où il est question du " Front national " dans l'Assemblée du 21 avril / QUI a dit QUOI ?

Je reprends ici une sorte de quiz publié sur mon autre blog ( « À quoi servent les débats de l’Assemblée nationale ? »/ http://karlcivis.blog.lemonde.fr/) . Il s’agit de citations extraites des Comptes-rendus intégraux des débats de l’Assemblée nationale, juste après le 21 avril ( 2002/ 2003 ).

Le point commun entre ces citations, c’est qu’elles contiennent (au moins ) l’une des expressions suivantes : « Front national » « Le Pen » « extrêmes » « extrémisme », « extrême-droite ». 
Pour le lecteur pressé, je donne les « réponses » (?) dans le premier ( et seul ) commentaire.
L’objet de ce billet n’est pas de lancer un débat, mais d’inviter le lecteur médiapartien à prendre un peu de temps ( pourquoi ne aps profiter des vacances qui approchent ! ) pour faire une  «  ex-cursion » sur mon autre blog où il trouvera : 
- le contexte dans lequel s’inscrivent ces  citations 
- d’autres citations ( elles ne sont pas si nombreuses que çà …  et cela donne une indication sur la façon dont le travail sur/ à propos du Front national n’a pas été mené de façon approfondie par les députés après le 21 avril 2002 !)
- diverses contributions aux débats en cours ( références dans la colonne de droite du blog )

Donc, QUI A DIT ?  

1.« Ce n'est pas en éliminant le Front national de la représentation qu'on le fait disparaître du pays, au contraire. »

2.« Est-ce que c'est un hasard si ce sont des jeunes ouvriers qui votent le plus Front national ? »

3.« Vous faites du Le Pen sans le dire mais les électeurs du Front national préfèrent toujours l'original à la copie! »

4 . « Je suis convaincu que la France de 2002 n'est pas l'Allemagne de 1932 ; et le vote en faveur du Front national, ce n'est pas la tentation fasciste. » 

5. « La disparition de Le Pen au deuxième tour ne signifie pas la fin du risque totalitaire. »

6 .« Le Front national est l'enfant illégitime de la gauche. »

7.  « Le projet de Jacques Chirac a été le rempart contre l'extrémisme. »

8. « L'immense majorité des Français n'est ni Front national ni angélique. »

9. « On ne construit pas une démocratie en regardant grandir, aux deux pôles extrêmes de l'échiquier politique. La démocratie, c'est le choix de la raison. »

10. Si l'extrême droite est arrivée au second tour de l'élection présidentielle, c'est sans doute aussi parce que les Français ont voulu mettre tous les élus dans le même sac de l'immobilisme.

 Les auteurs sont à choisir dans la liste suivante :

 

Albertini /  Bayrou /  de Courson /  Estrosi /   Gerin
Goasguen / Gremetz / Mamère /  Raffarin / Sarkozy

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.