Détective Politique
Inspecteur
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mai 2019

Mais que devient François Fillon ?

Alors que l’ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy devra bientôt répondre de ses actes présumés devant la justice, retour sur la retraite dorée qu’il coule dans les sphères de la haute finance. Un milieu où il a été parrainé par Jean-Pierre Denis, un autre affairiste dont la réputation n’est plus à faire.

Détective Politique
Inspecteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Verra-t-on se tenir un procès Fillon d’ici à la fin de l’année ? On en prend sérieusement le chemin, si l’on en croit l’ordonnance de renvoi en correctionnelle rendue, le 23 avril dernier, par les trois juges d’instruction du pôle financier de Paris à l’encontre de l’ancien premier ministre et candidat à l’élection présidentielle de 2017.

François Fillon sera bel et bien jugé pour détournement de fonds publics, recel de détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et manquement aux obligations déclaratives de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique. Son épouse, Pénélope Fillon, est quant à elle renvoyée devant le tribunal pour complicité et recel de détournement de fonds publics et recel d’abus de biens sociaux.

Près de deux ans après les premières révélations parues dans le Canard enchaîné sur le caractère présumé fictif de l’emploi d’assistante parlementaire de Mme Fillon, à l’origine du « Pénélope Gate » et de la descente aux enfers du couple Fillon en pleine campagne présidentielle, plus rien ne s’oppose désormais à un procès.

Dans leur ordonnance de renvoi, les magistrats estiment, entre autres, que les documents fournis par le couple pour justifier l’emploi de Pénélope Fillon « ne démontrent rien », que la tenue d’une permanence parlementaire par l’épouse du député est « invraisemblable » et, sur la question de l’emploi de Mme Fillon par Marc de Lacharrière à la Revue des deux mondes, qu’il s’agissait d’un poste « de pure complaisance, sans contrepartie réelle », destiné à « satisfaire une demande de François Fillon ».

La nouvelle vie dorée de François Fillon

S’il va donc bien devoir répondre de ses actes passés devant la justice, l’ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy coule, depuis sa retraite forcée de la vie politique, des jours plutôt heureux. Il ne lui a, en effet, pas fallu plus de trois mois après sa cuisante défaite lors du premier tour de l’élection présidentielle pour décrocher un job en or, en devenant associé du prestigieux fonds d’investissement Tikehau Capital.

Une véritable pépite de la finance tricolore, au service de laquelle François Fillon monnaye son riche carnet d’adresses, tout en parcourant le monde à la recherche de nouveaux clients. Selon la presse, l’ancien homme politique toucherait chez Tikehau Capital au moins 300 000 euros annuels, auxquels il conviendrait de rajouter son intéressement aux bénéfices de la société, qui a réalisé, en 2016, plus de 72 millions d’euros de résultat.

C’est grâce à l’entregent de sa conseillère en communication, la toute puissante Anne Méaux, à la tête de l’agence Image 7, que François Fillon a décroché la timbale ; Anne Méaux qui conseille également les fondateurs et dirigeants de Tikehau Capital, Mathieu Chabran et Antoine Flammarion. Mais, comme le relève Mediapart dans son édition du 9 mai 2018, l’ex-Premier ministre a aussi pu compter sur le soutien de l’un des membres du conseil de surveillance du fonds d’investissement, un certain Jean-Pierre Denis, lui aussi conseillé par Anne Méaux.

Jean-Pierre Denis, c’est le président de la banque bretonne Arkéa, un « petit » établissement empêtré depuis maintenant plusieurs années dans un violent conflit avec le Crédit Mutuel, dont il souhaite ardemment faire sécession. En somme, toujours selon Mediapart, « c’est un microcosme très parisien que l’on retrouve dans cette histoire », issu du « marigot chiraquien » — Jean-Pierre Denis ayant officié comme secrétaire général adjoint de l’Élysée sous l’ancien président.

Jean-Pierre Denis, le nouveau « parrain » de François Fillon dans la haute finance

Dans les beaux quartiers parisiens, tout ce petit monde continue son train-train quotidien le plus tranquillement possible. Et ce n’est pas Jean-Pierre Denis qui risque de donner à son nouveau collègue des leçons de sobriété. À la tête d’Arkéa, notre homme se rémunère en effet à hauteur d’un patron du CAC 40, voire davantage : ses rémunérations cumulées ont ainsi atteint, en 2017 et 2018, près de 1,6 million d’euros, quand son collègue et ami Ronan Le Moal, PDG de la banque, s’octroyait quant à lui 1,2 million d’euros sur la même période. Des montants bien plus élevés que ceux touchés par des patrons de multinationales comme Stéphane Richard (Orange) ou Lakshmi Mittal (ArcelorMittal).

Enfin, c’est bien avec le soutien de Tikehau Capital que Jean-Pierre Denis et Ronan Le Moal mûrissent leurs projets d’indépendance qui, s’ils aboutissaient, conduiraient de fait à la perte du caractère mutualiste d’Arkéa. Avec de telles fréquentations professionnelles et un tel train de vie, pas sûr que François Fillon réussisse, lors de son procès à venir, à convaincre ses juges de sa bonne foi et de son désintéressement...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens