Temoignage a 4 mains de 2 vapoteurs

Le témoignage de Laurent

Un billet inhabituel, de ma part, qui ne parlera ni d’Internet ni de nouvelles technologies, mais de ma toute récente expérience de la cigarette électronique, de son jargon, ses usages et ses techniques,  à destination de tous les fumeurs qui s’interrogent, ou qui reculent face à la nouveauté. 

D’abord quelques mots de ma situation personnelle : je suis un très gros fumeur (dans tous les sens du terme, merci de le relever si gentiment, cher lecteur). Je fume depuis mes 14 ans, donc depuis 35 ans, et ma consommation récente me plaçait (et je suis le premier stupéfait de l’écrire à l’imparfait) dans la catégorie – si elle existe – du tabagisme pathologique (2 cartouches de clopes par semaine).

Avant de passer à la cigarette électronique, il y a 3 semaines, je n’envisageais même pas d’arrêter de fumer.

Je suis venu à l’eClope poussé d’avantage par la curiosité que par la volonté de limiter ma consommation, même si les récentes déclarations politiques (augmentation prévue d’ici quelques jours, interdiction de l’usage de la cigarette électronique dans les lieux publics) ont aussi joué leur rôle. J’avais testé la chose il y a quelques années, sans être convaincu le moins du monde, et je voulais voir si les choses avaient changé depuis.

Deux autres points m’ont motivé, juste avant mon test : @Jaddo venait d’annoncer sa conversion sur Twitter (et quand @Jaddo dit quelque chose, ça donne envie), et je venais en plus le lire l’article de Formindep qui remettait les peurs de toxicité à leur juste place.

J’ai donc reçu mon 1er « kit » il y a trois semaines. Et 24h après la première taffe électronique, je n’avais allumé que 3 cigarettes. Et là aussi, j’ai été le premier surpris.

Trois semaines plus tard, j’ai évité 1200 cigarettes (à quelques-unes près), je ne ressens aucun manque, je n’ai pas totalement arrêté le tabac, mais pour allumer une cigarette je dois presque m’y forcer (en tous cas y penser consciemment), et je préfère de loin le goût de mes e-Taffes à celui de ce qui me reste de tabac. 

Je ne sais pas si vous aurez ma chance. Je ne sais pas si celle-ci va durer. Mais ce que je sais, c’est que même si je devais replonger (et honnêtement je ne vois pas ce qui pourrait m’y pousser), je resterai probablement un grand promoteur de la cigarette électronique auprès de mes amis fumeurs

 

Le témoignage d’Alain

J’avais déjà testé une e-cigarette jetable avec de la nicotine : ça faisait surtout gadget et ne m’a pas empêche de prendre une clope juste après avoir vapoté !

Rien à voir avec les modèles à recharge : pour ma part, une seule cigarette le premier jour. Et le lendemain la e-cig avait passé le test du 1er café au réveil !!

Alors que j’étais juste parti pour diminuer, c’est assez surprenant et ça se propage aux futurs ex-fumeurs que vous fréquentez …

Au moment où je voulais juste réduire  (mais pas arrêter !) j’ai vu Laurent qui diminuait de jour en jour et ca ne ressemblait pas vraiment à ce que j’avais déjà vu avec les patchs et gommes.

Une amie sur Facebook m’avais conseillé un kit eGo-C et je me suis dis “GO, toutes façons tu piges rien", donc on va faire appel a quelqu’un qui a déjà franchit le cap, je fus donc oriente vers le « kit découverte Stardust » de la vaporeuse, j’ai ensuite pris des batteries eGo-C Upgrade 1000mA USB, parfait pour l’instant ! Puis un iClear 30 qui s’adapte sur ces batteries mais en dual-coil !

@Jaddo qui disait qu’elle venait de cliquer 5 fois sur son iPhone" c’est la première blague de vapoteur que j’ai comprise. Bon, alors déjà le lendemain j’ai voulu allumer la mienne avec le briquet qui trainait, mais j’ai également clique 5 fois sur mon téléphone.

Je suis persuadé que lorsque les e-liquides imiteront de plus en plus “la tueuse", le nombre de vapoteurs explosera, et ça pourrait bien être la fin du tabac !

Perso j’apprécie beaucoup d’avoir accès à d’autres arômes que “tabac", par rapport à la clope ça a un côté ludique qui doit également aider le fumeur a trouver SA configuration.

Peut être un effet placebo, so what ?

Actuellement, si je regarde mes “compteurs" sur mon iPhone :

20 jours et 731 cigarette d’évitées 

2 appli gratuites pour iPhone, parmi des centaines, pour avoir vos stats :

"En finir avec la cigarette" : https://itunes.apple.com/fr/app/pour-en-finir-avec-la-cigarette/id499845150?mt=8 

"iQsmoking"  https://itunes.apple.com/fr/app/iqsmoking/id390105681?mt=8 

Alors que d’autres disent  :

"J’ai PAS arrêté. J’ai juste plus envie."

ou bien

"Voilà. Je ne veux pas arrêter. Simplement vapoter en paix au boulot. Et ici pour le chat.

N’y voyez aucune malice ! :)

Mais je n’ai vraiment plus aucune envie d’aller vers le tabac. J’ai fume une cigarette le premier matin avec le café, avant d’enchainer sur la iClope !

Le lendemain je testais avec le café, parfait, et j’ai toujours mon paquet avec mes 5 clopes dedans qui doivent être complètement desséchées et les 5 paquets qu’ils me reste sur les bras ! 

 

Comment ça marche ?

L’article de Formindep, très complet, l’explique en détail. Mais pour simplifier disons juste qu’il s’agit d’une résistance branchée sur une batterie. Cette résistance va (donc) chauffer, et vaporiser un mélange de propylène-glycol et d’aromes, nommé « e-liquide », et le fumeur (« vapoteur ») aspire cette vapeur qui, en refroidissant, transforme l’eau qu’elle contient en nuage (simulant ainsi la fumée de combustion du tabac).

 

Quel cigarette électronique choisir ?

La grande majorité des sites proposent des « kits » prêts à l’emploi. Ces kits sont presque toujours composés de 2 batteries, de quelques « cartomiseurs » et d’un échantillon des mélanges d’e-liquide les plus vendus.

Presque tout le monde commence comme ça, donc presque tout le monde se fait avoir : les kits sont souvent de mauvaise qualité (tout ça vient de Chine, et les mauvaises reproductions côtoient les produits de meilleure facture, les marques n’en sont pas vraiment et les modèles même a priori identiques ne le sont pas).

Ce qui coûte le plus cher dans une eClope, c’est la batterie. Sauf à passer directement au montage fait maison (les « mods ») vous utiliserez une batterie pré-packagée, dotée d’une électronique plus ou moins évoluée. Celle-ci doit être de bonne qualité pour durer le plus longtemps possible, être facilement rechargeable, voir permettre de passer en « turbo » quand vous aurez besoin d’un ressenti plus poussé qu’à l’habitude. Les batteries des kits ne sont rien de tout ça, pourtant elle sont vendues plus cher que les batteries de meilleure qualité vendues à l’unité. 

Donc si j’ai un conseil à vous donner, c’est de choisir de commander une (ou deux) batterie seule, sur un site de confiance (demandez autour de vous), et que le fabriquant aura pris la peine de marquer de son logo (ce n’est pas une preuve de qualité, mais l’absence de toute marque est souvent l’indice d’une copie de basse extraction).

Le reste de la e-cigarette (la partie qui contiendra l’e-liquide et la résistance) sera, de toutes façons, un « consommable » à remplacer bien plus souvent que la batterie. Il pourra donc être acheté à part, et choisi parmi les modèles les plus récents et les plus efficaces, qui sont très rarement proposés dans les kits.

 

Quel liquide choisir ?

Les gouts et les couleurs… Certains mélanges sont nommés d’après la marque de cigarettes qu’ils sont sensés imiter, mais il ne faut pas se leurrer : même si le tabac blond est assez bien reproduit, vous n’aurez jamais le même goût que celui provoqué par la combustion de la centaine de composants que contient votre poison préféré.

Le mélange sans doute le plus vendu est nommé le RY4 : il convient à la grande majorité des vapoteurs débutants et se retrouve dans plusieurs marques.

Il existe de nombreuses marques de liquides, et certains sites proposent leurs propres mélanges (voir même des liquides de base permettant par l’ajout d’arômes de fabriquer vous-même votre propre mélange maison). Par principe, évitez de vapoter des liquides dont vous ne pouvez avoir la composition détaillée.

La base est constituée d’un mélange de propylène-glycol et de glycérine végétale (l’un provoquant beaucoup de « fumée » (vapeur), l’autre apportant plus de « hit »). S’y ajoutent des arômes alimentaires naturels ou artificiels, de l’eau, et de l’alcool ou de l’acide citrique comme conservateurs. S’y ajoute plus ou moins de nicotine, selon la dose dont vous aurez besoin.

Liens de vendeurs d’e-liquides :

http://www.alfaliquid.fr/

http://www.johnsoncreeksmokejuice.com

 

Quel dosage choisir ? 

La conversion de la dose de nicotine du tabac vers les e-liquides est assez compliquée puisque personne n’a vraiment testé la nicotine contenue dans la fumée d’une cigarette, et dans la vapeur d’une e-cig.

On conseille au nouveaux venus dépassant 1 paquet/jour de commencer au plus haut dosage de nicotine, mais ça n’est pas forcément une bonne idée car ce que l’on va rechercher c’est le « hit » (Le moment où la gorge se contracte au passage de la vapeur nicotinée (jusqu’a “gratouiller").

À propos de la nicotine, pour faire très très simple : ça n’est pas cancérigène, c’est un excitant, ça ne provoque pas de pathologie cardiaque et ça rend super accro !

Donc on cherche plutôt à éviter d’en mettre, et vous pouvez simplement commencer assez haut dans les dosages des e-liquides et/ou choisir un atomiseur double coil si vous voulez beaucoup de goût et de vapeur.

 

Quelle batterie choisir ?

Comme pour toutes nos prothèses mobiles électroniques, plus grande est la taille (mesurée en mAh) plus longue est la durée d’utilisation entre deux recharges : à vous le plaisir d’être à court de batterie au moment où vous avez envie d’une clope. C’est la raison pour laquelle il est conseillé d’avoir deux batteries à votre disposition, l’une se rechargeant pendant que l’autre est en fonction. Cependant certains modèles parmi les plus modernes permettent de fumer tout en rechargeant sa batterie via une prise USB (pass-through), et si on est toujours sûr d’avoir de l’USB près de soi, on peut alors faire l’économie de la seconde batterie.

Si le format « eGo » est actuellement le plus répandu, d’autres existent (ou ont existé) et leur pas de vis – qui permet d’adapter la partie mobile de l’eClope (« l’atomiseur ») - n’est pas forcément compatibles entre eux. On trouve ainsi des références aux formats 510, CE4, 808, 901… Sachez simplement qu’il existe des adaptateurs permettant d’utiliser à peu près n’importe quel consommable sur n’importe quelle batterie, et que les batteries les plus modernes proposent elles-mêmes les pas les plus courants (eGo et 510).

Si jusqu’à récemment les batteries se contentaient d’envoyer de quoi chauffer une résistance, on voit de plus en plus de batteries proposant un mode « turbo », ou même une puissance variable. Certaines ont un afficheur numérique (pour la puissance, le nombre de taffes, la charge disponible…), d’autres sont des « mods » plus personnalisés et dont la principale caractéristique est de permettre le remplacement de la pile rechargeable qui fournit l’énergie. A vous de voir la couleur, l’aspect de la batterie seront à adapter à vos usages. 

Cependant, pour un débutant aujourd’hui le choix le plus sûr et le moins onéreux reste celui de l’eGo (format imposé par la marque Joyetech : faites de votre mieux pour éviter les copies à moindre coût). Dans l’ordre historique, Joyetech a mis sur le marché les modèles eGo, eGo-T, eGo-C, eGo-C Upgrade (appelée également eGo-C 2)  et eGo Twist.

Les batteries eGo-C Upgrade possèdent deux voltages différents, le “normal" a 3,3V et le “turbo" (entre 4,15 a 3,6V selon la charge de la batterie). Les batteries eGo-C Twist possèdent un variateur pour augmenter/diminuer le voltage qui va de 3.2V à 4.8V avec 8 positions intermédiaires. Les batteries eGo-C Upgrade existent en version USB, ce qui permet de recharger la batterie pendant son utilisation (pass-trough). À ce jour, aucun modèle eGo ne propose à la fois une puissance variable et le pass-through.

 

Quel atomiseur choisir ?

La méthode historique pour vapoter était d’utiliser des cartomiseurs (ou cartouches), mais depuis l’apparition des clearomizer (ou atomiseurs) cette pratique est aujourd’hui obsolète.

Les atomiseurs se composent d’un réservoir, lequel se remplit d’e-liquide, une ou plusieurs mèches amenant  le e-liquide vers la partie chaude (tête) ou il sera vaporisé, avant d’être délivré a l’utilisateur par un drip tip (embout buccal) 

C’est la méthode la plus simple car elle consiste a remplir un réservoir avec une assez grande autonomie et a changer la tête de l’atomiseur toutes les 3 a 6 semaines.

Des adaptateurs existent pour utiliser un atomiseur sur des batteries non prévues au départ, attention a ce que le voltage n’endommage pas votre atomiseur !

 

Voici quelques liens (non exhaustif !) de vendeurs en ligne “recommandés" :

http://www.lavaporeuse.com/

http://www.clopinette.fr/

http://www.happyvap.fr/

http://www.vapoclope.fr/

http://www.taklope.com/

 

Quelques liens “techniques" pour approfondir : 

Est-ce sérieux ?

http://www.formindep.org/Avec-la-cigarette-electronique-est.html

Fumeurs n’arrêtez pas de vapoter :

http://www.e-sante.fr/fumeurs-surtout-arretez-pas-vapoter/blog/470

 Les experts sont des dangers pour la santé publique :

http://m.parismatch.com/Actu/Sante/Cigarette-electronique-Les-experts-sont-des-dangers-pour-la-sante-publique-518146

 Pourquoi M.TOURAINE nous enfume :

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/claire-gallois/pourquoi-la-scrupuleuse-marisol-touraine-nous-enfume-03-06-2013-1675636_1445.php

 E-cigarette versus cigarette: quelle équivalence ?

http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/sante/20130626.OBS4691/e-cigarette-versus-cigarette-quelle-equivalence.html

 Dangereuse la cigarette électronique ?

http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/sante/20130528.OBS0965/dangereuse-la-cigarette-electronique.html

La cigarette électronique est utile et n'est pas dangereuse :

http://www.atoute.org/n/La-cigarette-electronique-est.html

Lettre ouverte a Olivier TRUCHOT (BFM TV)

http://www.forum-ecigarette.com/articles-medias-f756/lettre-ouverte-a-olivier-truchot-bfm-tv-t98992.html


Forum :

http://www.forum-ecigarette.com/ (le plus complet)

 

Lexique :

Fumer : aspirer la fumée produite par la combustion de tabac et contenant de la nicotine

Vapoter : aspirer la vapeur produite par une e-cigarette en chauffant un e-liquide

E-liquide : liquide compose principalement de glycérine végétale et de propylène glycol, et pouvant contenir ou non de la nicotine

Nicotine : un excitant, il va donc faire battre le coeur plus vite, ne provoquant pas de pathologie cardiaque (apparemment) mais pouvant aggraver celles existantes. Il ne serait pas cancérigène et serait toxique a très haute dose (faites attention aux jeunes enfants avec les flacons et préférez ceux avec une sécurité enfants !)

E-cigarette / eClope / cigarette électronique : dispositif destiné a vapoter

Stardust : fabriquant d’atomiseurs, les plus courants

Atomiseur / clearomizer : contenant du e-liquid, il contient une résistance (appellee tete) pour chauffer les e-liquid et produire de la vapeur, son avantage est de pouvoir voir le niveau du liquide, son inconvenient est le risque de fuite.

Cartomiseur / cartouche : ensemble "atomiseur + réservoir". Le réservoir est composé de fibre de coton, parfois appelée "bourre". L'avantage est qu'il ne peut fuir, l'inconvenient est qu'on ne voit pas le niveau du e-liquid. Y préférer un atomiseur pour commencer, car plus simple.

iClear : Clearomiser récent ayant du succès chez les vapoteurs.

Double-coil : Atomiseur a 2 résistances, donc produisant 2 fois plus de vapeur et un plus gros hit 

Hit : Contraction de la gorge au passage d’une fumée ou vapeur nicotinée 

Mod : e-cigarette "modifiée" (ou construite sur mesure) pour avoir plus d'autonomie, pouvoir faire varier la puissance et/ou de la tension etc.

Drip tip : embout buccal s’adaptant sur l’atomiseur

Derniere modification : 10/07/13

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.