La schizophrénie sociale

Réaffirmer sa citoyenneté, un combat culturel et subversif

La schizophrénie sociale La schizophrénie sociale

Mon moi contribuable traîne les pieds pour payer les impôts. Mon moi consommateur apprécie la commodité d'avoir des boutiques ouvertes le dimanche pour dépanner ou flâner, et plus encore de pouvoir commander sur Amazon à prix réduit et d'être livré le lendemain. Mon moi agent économique essaie d'optimiser ses rendements et sa survie par tous les moyens légaux à disposition sans autre considération.

Pourtant je reconnais volontiers l'importance vitale de la fiscalité dans notre idéal républicain, je sais que l'extension généralisée du travail le dimanche est un danger pour le lien social et le vivre-ensemble, pour le temps sacralisé de se retrouver en famille, en couple ou avec des amis. Je m'oppose fermement au pillage économique effectué par les multinationales comme Amazon sur les Européens et la pression dévastatrice qu'elles exercent sur notre tissu économique national. Enfin, je suis pour une régulation et un encadrement strict des activités économiques.

Vous me trouvez paradoxal, incohérent ? Vous avez raison et ceci s'explique parce que, comme vous, je ne suis pas tout seul dans ma tête.

Nos rôles sociaux sont multiples et constituent les différents aspects de notre vie et interactions sociales: à la fois agent économique (salarié, indépendant, etc.), consommateur, locataire/propriétaire, membre d’une famille, contribuable, compagnon/époux, parent, ami, voisin, membre d’association, membre d'une communauté, éventuellement pratiquant d'une religion, électeur... Tous nos rôles ont des intérêts qui sont parfois similaires et parfois divergents, voire s'opposent radicalement dans une lutte intime quasi schizophrénique.

Cette schizophrénie 1 provoque une grande volatilité de l'opinion publique sur certains sujets et est largement exploitée par le discours économique, médiatique, politique et même par les instituts de sondage.

Prenons l'extension du travail au dimanche: il est l'objet d'une vive tension au sein de l'opinion tant les arguments pour et contre sont tous pertinents, car s'adressant chacun à l'un de nos rôles en particulier. Les sondages soulignent bien cette indécision: en fonction de la formulation de la question (et de la place personnelle qu'ils occupent dans l'énoncé), les sondés se contredisent d'un sondage sur l'autre 2.

Ceci peut s'expliquer car face à cette dissonance cognitive, 2 postures sont habituellement adoptées :

  • se réduire à un unique rôle, c'est à dire raisonner du seul point de vue d'un rôle (par exemple celui du consommateur ou du producteur)
  • se placer sur un plan moral, c'est à dire nier ses différents rôles et les dédaigner chez les autres

Ces postures, bien que rassurantes, débouchent sur un malaise et une inertie qui conduisent au délitement du commun et du long terme.
La première parce qu'elle enjoint à ne penser les problématiques qu'en termes d'intérêts et d'opportunités limités à un seul champ de notre existence, sans cohérence ni harmonie avec nos autres rôles et objectifs. C'est une auto-essentialisation qui fait le jeu de celui qui nous pousse dans ce piège.
La seconde parce que la posture morale qui nécessite de s'engager dans un concours de vertu n'est pas tenable, elle est perdue d'avance (nul n'est parfait) et enferme dans un paradigme où deux camps s'affrontent (les purs contre les autres).

Ainsi il serait vain d'espérer de profonds changements en niant ces paradoxes individuels ou en invoquant la moralité. Il faut au contraire reconnaître l'existence de nos différents rôles et de leurs intérêts contradictoires pour les transcender par le seul rôle qui nous est à tous commun et qui tranche en dernière instance: le citoyen.

C'est un préalable pour tout projet de société qui veut refaire vivre le commun au-delà d'une société atomisée d'intérêts particuliers.


1 • La schizophrénie est ici employée dans son sens commun (populaire). Rappelons tout de même qu’en médecine, et plus précisément en psychiatrie, cette maladie provoque une altération de la perception de la réalité et non un trouble de personnalités multiples.
2 • http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/les-francais-pour-le-travail-du-dimanche-pour-les-autres-05-12-2015-5342953.php

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.