Dimitris Papadimoulis
Vice President of the European Parliament, head of SYRIZA party delegation
Abonné·e de Mediapart

25 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 nov. 2018

We need progressive answers to our challenges in the EU

Dimitris Papadimoulis
Vice President of the European Parliament, head of SYRIZA party delegation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

The coming meeting of progressive forces in Bilbao (November 9-11) is of critical importance. We are having a chance to deliberate on the current challenges and dilemmas on the road to the European Elections in May 2019, exchange views, and build on a big, left-wing political and social alliance. The Progressive Caucus in the European Parliament is actively participating in the meeting, being represented by a number of its MEPs.

Since 2008 the malfunctioning of neoliberal policies has caused a deep-rooted crisis that has not yet been addressed. Although there have been considerable efforts to break out the austerity doctrine, conservative EU and Eurozone leaderships keep pressing for the same failed and socially repugnant policies.

The progressive forces should start embracing sustainable models of production, development and labor, putting all aspects of security first (i.e social, job, data et.c) while working on restoring quality employment and social inclusion, and demand a deeper involvement of trade unions in the decision-making process.

At the same time, we should build on a democratic solidarity economy with a clear agenda that rejects austerity, enhances wealth redistribution and tackles growing income inequality across EU. In this context, the role of the state is vital, being positioned as a critical actor in designing structural reforms and embedding new political elements, such as social investment and social entrepreneurship.

Furthermore, it is crucial to focus on social majorities and re-imagine our political and organizational mobilization. A considerable part of the electorate feels alienated from politics, especially the younger generations. We cannot let this become a new trend, therefore we need to re-examine the challenges for the left, explore new patterns of political participation and forge new coalitions in political and social level.

To that end, it is important to start asking ourselves how we can re-define our political messages and find a convincing balance between a visionary approach and pragmatism when it comes to electoral promises. In addition that, it is vital to emphasize on how we can build welfare societies rather than trying to maximize our political rhetoric.

The challenges we have to face are clear, and so are the steps we need to follow. Let’s make EU politics work for the social majorities.

*Dimitris Papadimoulis is Vice-President of the European Parliament, head of Syriza party delegation.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica