docteure TEÜPHELLE
L'AUTEUSE
Abonné·e de Mediapart

565 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 oct. 2018

souvenirs, souvenirs

docteure TEÜPHELLE
L'AUTEUSE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

c'est marrant, à force de vous parler des " études " de médecine et des stages à l'hosto qui vous maintiennent dans un état d’imbécillité  la France  " longtemps " (apprendre tout par cœur pour aussitôt l'oublier ou presque et ensuite, servir d'esclave en se faisant hurler dessus par toutes sortes de petit(e)s ou " grands " chef(fe)s qui en savent souvent pas plus que toi, finalement je sais pas si c'est des études - puisque ce que tu apprends le plus vite et le mieux c'est qu'il ne faut pas réfléchir, et que les malades ne sont pas important(e)s)  😮- ça me rajeunit presque et me fait me rappeler toute ma fraîcheur et ma bonne volonté de l'époque ⇒ notamment, et pour payer lesdites études, j'avais donc remplacé dans divers se(r)vices de l'hosto dès avant la première année et ensuite pendant les 4 mois des vacances universitaires  🤑pour commencer les  😚 femmes de ménage (avec un substitut de salaire aussi, et versé longtemps après  😀), puis des aides-soignantes ; et puis à partir de la 4ème année de fac j'avais été considérée comme l'équivalente d'une infirmière  😚 et là, beaucoup mieux payée sans pratiquement bosser ... oui je me souviens, à chaque fois je me disais que j'apprendrai en plus quelque chose d'utile pour mon futur métier ⇒ penses-tu  😉 si les nanas s'ingéniaient à te faire faire tout le sale boulot à leur place, quand c'étaient les femmes de ménage  😉 - bien sûr elles se cassaient à ne rien t'apprendre d'intéressant (encore plus valable pour les aides-soignantes et les infirmières) mais surtout, à toujours bien te montrer que tu étais au bas de l'échelle, à peine au-dessus des malades  😉 (... mais zum Beispiel, si j'avais été du genre à colporter des ragots " croustillants " sur les malades, ou si j'avais été assez habile pour en rapporter en douce sur d'autres membres de " l'équipe ", j'aurais bien sûr été mieux intégrée à la soi-disante équipe  😇) (la faute à ne pas commettre étant aussi de s'intéresser vraiment aux malades - et/ou pire, de vouloir ou simplement de se mettre à réfléchir à améliorer leur sort : c'était rondement rédhibitoire, déjà pour qui elle se prend, celle-ci ?  😛)

... je me rappelle, les vacances avant de devenir une externe en titre avec un salaire royal de 300 FF mensuels pour servir de portefaix-défouloir à hauteur d'une cinquantaine d'heures/semaine, j'avais été " remplaçante d'infirmière " en chirurgie thoracique, en 4 mois j'ai même pas appris à poser un pansement ou surtout pas une perfusion, et donc, comme j'aimais pas les ragots, je me suis retrouvée à être super bien payée à quasiment rien phouttre  😇  n'empêche, ça c'est le truc qui plait pas aux infirmières (pas de pas bosser  😎 mais de pas participer aux ragots  🙁) - mais je pense que j'en ai été assez protégée parce que l'une d'entre elles était une bonne copine de terminale avant, et qui me prenait assez pour une cone, donc j'avais la paix : ça a donc été un été enfin peinard  😀où j'ai eu à bouffer, pas comme quand je remplaçais toutes les femmes de ménage en titres en gériatrie avant de commencer médecine, seule avec une nana d'origine vietnamienne pour tout le bâtiment, et que j'ai perdus 15 kgs  😢

  😢 beaucoup les interrogationsoires sur leurs vies privées ... et comme de toute façon on me disait rien ... toutefois, y avait un classique " ragot " qui revenait tous les jours : la cheffe anesthésiste était une nana de la cinquantaine, que perso j'admirais beaucoup  😳 → je l'avais vue se précipiter x fois sur des malades par exemple en détresse respiratoire pour/et les sauver, je l'avais également entendue passer un savon parce qu'il avait encore failli tuer un malade et qu'Il s'en phouttait royalement au genre d'interne mâle mou vous savez qui prescrivait n'importe ouate, se phouttait des malades aux deux sens du terme et frimait devant/avec les infirmières qui bien sûr papillonnaient autour de Lui en se croyant un Grand Docteur ; mais surtout, elle était d'une efficacité redoutable avec/pour les malades et j'aurais bien aimé apprendre quelque chose avec/d'elle (mais bien évidemment les infirmières faisaient barrage total - et je vous dis pas comme j'aurais été lynchée si seulement je lui avais adressée la parole, certainement que ma copine d'école n'aurait plus pu alors me protéger) - eh ben, croyez-moi, tous les jours  😕 à tous les cafés, ceux du matin et ceux de l'aprème, ça revenait sur le tapis via les infirmières  😚 donc, les seules autorisées à s'exprimer aux cafés, que l'anesthésiste rendez-vous-compte

elle roulait en Audi

  😮 (par ailleurs elle avait une petite baraque  😮 à la campagne, et accourait à toute berzingue au moindre appel jours et nuits)

que

en Audi

  😮 à vélo elle aurait eu du mal à venir à pas d'heure pour faire (super bien) son taf, mais passons - au moins, j'ai appris ce qu'était une Audi donc  😉 et je me permets de râler, donc encore

sinon, comme les malades avaient évidemment de grosses pathologies, " on a eu " une fois une jeune femme pour une lobectomie pulmonaire ou je crois même l'ablation d'un poumon entier suite à un cancer  🙁 → comme donc je faisais quasiment rien mais que je devais quand même assister aux cafés, le temps qu'elle est restée dans le service, même ne connaissant rien à rien je pouvais pas m'empêcher de réfléchir un peu zum Beispiel à l'injustice de la maladie, au courage qu'il lui fallait  etc. ... heureusement que j'ai gardées ces réflexions pour moi, parce qu'aux fameux cafés ce qui préoccupait avant tout mes momentanées collègues  😚 c'était la provenance de son bronzage intégral : où c'est qu'elle avait pu bronzer comme ça ? non mais c'est dingue elle avait dû TOUT enlever  😮imaginez les nanas la reluquant pratiquement 24H./24 (hors cafés) sous toutes les coutures et la chemise-sodomie   ... et s'exposer pendant longtemps ... comment elle avait fait ? ... pour finir y en avaient même qui posaient l'hypothèse d'une plage privée au Maroc, me demandez pas où elles avaient trouvé ça, c'est vrai qu'elles avaient et gardent le temps de gamberger un max

quand je repense à tout ça, je me dis que c'est dingue  🙁 comme une majorité de gens arrivent à réduire la vie, la vraie, que ce soit la motivation à faire du bon/beau boulot ou la lutte pour survivre avec des problèmes de santé gravissimes, à rien, à des anecdotes portant sur des apparences, à des ragots à (se) colporter pour se croire/se rendre intéressants  😕 qu'ils croient  → bon y a tout le système macho-patriarcal qui reste indulgent avec elles tant que les nanas  😚 se réduisent elles-mêmes à des cocottes ou des dindes qui pépient à propos de rien(s) et les malades à l'hosto sont cons-sidéré(e)s comme des riens - mais même dans les études, tout est fait pour que le réel intérêt pour l'Autre, pour les malades, disparaisse totalement au profit de concours de bytthes perpétuels pour se montrer qui aurait la plus grosse  😛 - sur ce, avant que je dise des grossièretés, je vous laisse mes ami(e)s, mais je reviendrai, et en attendant je vous fais plein de gros bisous d'amour  😳

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige