jeux d'imbéciles

... comment traverser la vie sans savoir pourquoi on vit - en se MOQUANT des autres, mais même de soi : on peut choisir d'être intelligent(e) - déjà, honnête avec soi-même

salut mes coco(tte)s d'amour à ouam  embarassed → donc pour continuer sur les innombrables possibilités de se sentir fort(e)s avec plus faibles que soi, quand bien sûr on n'a pas      les khouïlles de s'attaquer à plus fort(e), évidemment  wink ⇒ donc avec les malades ou les blessé(e)s c'est donc trop facile, en plus pas la peine de se fatiguer beaucoup, il suffit de prendre soin mais d'aider le moins possible - ça en face ils/elles ont bien cons-pris  innocent → en plus, comme ils/elles ont pas envie d'aider ils/elles peuvent se plaindre de burnes-out, ça marche bien notamment avec le grand public [et les médias] comme toulemonde pense/espère qu'il sera bien soigné ... les jeux de con(e)s commencent et c'est pas près de s'arrêter  laughing

intelligent-monty-gif-20-5-18

... on vit donc dans un pays de petit(e)s chef(e)s qui veulent passer pour des grand(e)s, déjà, qui plus est en te montrant comme ils/elles sont cap(e)s de saboter le boulot  laughing      ⇒ dans le cas de (triste) figure, les patient(e)s étant effectivement cons-damné(e)s             à attendre le bon vouloir des " soignant(e)s "  kiss je vous dis pas comment dire : l'ampleur du cinéma que ces dernier(e)s peuvent faire donc pour à la fois ne pas aider les premier(e)s  crytout en voulant passer/être reconnu(e)s comme des GRAND(E)S professionnel(le)s  coolmais sans faire d'efforts ... on reste oui, dans les jeux de c.  tongue-out → d'un côté, des gens qui ont besoin d'aide et pris par/dans l'urgence - de l'autre, en face, des " professionnel(le)s " qui se cachent eux/elles, ce qu'ils/elles disent et font, et leurs réelles motivations donc sous l'appellation Babelesque et prétentieuse de " soignant(e)s " qui déjà présuppose qu'ils/elles soignent réellement - en fait(s), tou(te)s se prennent pour des Docteurs, et même les toubib(e)s, mais en ne s'intéressant qu'à eux/elles-mêmes  undecided et à leur(s) supposé(s) savoir(s) ⇒ j'ai mis professionnel(le)s entre guillemets parce que la plupart du temps tous ces personnels dits de santé en restent au niveau PERSONNEL, avec zum Beispiel les éternels   ragots du niveau cour de récré qui veulent [se faire] passer pour de la Haute psychologie issue des plus Hautes Facultés,  avec aux passages bien sûr des violations systématiques et massives du secret médical tout en affirmant touletemps le respecter, pour qu'on les prenne donc tou(te)s, même la dernière femme de ménage  kiss à l'hosto  money-mouth pour des Docteurs  tongue-out donc par toulemonde et n'importe qui  kiss- les pathologies devenant ainsi de " simples " ragots colportés quasi sur la place publique, défoulant ainsi la curiosité malsaine de chacun(e) - et évidemment, des voies de fait défoulant si facilement leur sadisme basique exercées sur donc des gens vulnérables, qui voudraient passer pour des gestes médicaux  etc. ⇔ tout ÇA possible vu que tu peux pas te défendre

monty-gif-doctor-french-15-4-19

oui les éléments de langage sont basiques aussi - et déjà tout prêts rien que quand tu mets le pied aux urgences, d'entrée de jeu  wink donc tu as affaire à des soignant(e)s, attention  surprised tu dois bien con-prendre qu'on te soigne et que tu dois donc être reconnaissant(e) → et si t'as pas con-pris assez vite, tu as ces pancartes partout  undecidedpour que le fameux oxymore pénètre bien déjà ton fond de nœil " les PATIENTS sont AGRESSIFS " ⇒ t'as encore pas con-pris ? ... on te soigne, et malgré ça tu les agresses !!!  surprised(et c'est repris en premier par les médias  money-mouth et dans les revendications infirmières - elles qui ne passent que 3 minutes top chrono pour t'embrocher en te reluquant sous le nose pour voir comme tu as bien dégusté, quand toi tu as attendu 10 heures aux urges coincé(e) [et vite attaché(e), t'as pas intérêt à bouger] sur ton brancard, je me demande bien comment/quand j'aurais pu les agresser et dans mon Etat - la France  frown mais passons  innocent) → bref c'est bétonné dès le départ, tout sera de TA faute, ça fait longtemps certes, mais ces dernières années avec l'invasion de(s)gestionnaires  money-mouth qui sont nombreux/ses, choisi(e)s parmi les plus incompétent(e)s et les moins motivé(e)s par le soin, les éléments de langage sont omniprésents et repris par bien sûr par les " soignant(e)s " eux-mêmes qui ne savent plus pour qui/pour quoi ils/elles travaillent (mais à qui on laisse quand même les malades et les blessé(e)s en bout de chaîne alimentaire pour défouler leurs frustrations et exercer leur sentiment de puissance ... et le PEU de puissance effective qu'il leur reste, puisque soumis(es) entièrement   undecided " de leur propre chef(fe) " aux dit(e)s gestionnaires  money-mouth- des incapables qui doivent bien gagner leurs " vies "  tongue-out et qui sont bien payé(e)s du reste à tout démolir sous prétexte de tout " ordonner " - très nombreux dans ce pays décidément, de plus en plus sans âme - et in fine aux financiers  money-mouthmoney-mouthmoney-mouth qui finissent de piller les se(r)vices publics)

financier-monty-hosto-giffff-15-4-19

oui on a déjà eu Sarko en 2007 je crois et la potarde Bachelot  money-mouth bonne apothicaire, la pharmacienne je vous dis pas qui s'est prise pour une supère toubibe du coup - ce qui m’énerve le plus, c'est tou(te)s mes collègues qui se sont écrasé(e)s devant cette idiote  frown qui ont ouvert la boite de Pandore avec la tarification à l'acte, les gens déjà se soumettent au pognon c'est dingue, même celui fait par les autres, les patrons les plus sadiques je les ai toujours vus faire les petits garçons devant la moindre secrétaire/émanation de la direction  money-mouth  ⇒ alors les toubib(e)s de base font la carpette devant n'importe directive, même la plus débile, venant " d'en haut ", et se mettent à remplir allègrement les poches de ces gestionnaires en violant tous les principes de la profession - mais avec Macron en suce, on a toute la sous-macronie formée de gestionnaires et petits cadres omniprésent(e)s donc très nombreux dans ce pays de pantouflard(e)s qui veulent tout régenter, se voyant comme la classe supérieure et pour qui les malades sont " juste " une catégorie à encadrer donc dans le sens de régenter, et à rentabiliser  money-mouth → excusez mes coco(tte)s, c'était " juste " pour me remettre dans l'ambiance, je déplore la perte de sens énorme engendrée par cette double soumission au fric puis à cette accumulation de gestionnaires-technocrates, devant laquelle mes collègues  kiss les infirmières  kiss ces ... " soignant(e)s "  tongue-out qui soignent     " juste " leur(s) apparence(s) et ne cessent de mentir continuent à faire semblant d'avoir une Ethique, se sont écrasé(e)s comme des chiques molles, et qui en plus, en profitent pour défouler leurs bas instincts, couvert(e)s donc par des falsifications du langage plus ou moins technique/" médical" - c'est devenu une véritable tour de Babel oui : les ingérences dans la vie privée des gens  surprisedon appelle ça de l'empathie ⇒ etc., accusant en plus les malades de tous les maux : il y a un retournement de toutes les valeurs, on va vers de plus en plus de vacuité et de violence(s), pendant que toulemonde veut faire du fric avec tout - et obéit au fric sans savoir pourquoi il faut faire du fric  undecided ⇒ je reprendrai avec mes billets où pour simplifier j'avais donc pris l'exemple de ma luxation de genou : même un truc aussi simple que ça ils/elles sont cap(e)s de le phoirer donc  undecided quoique donc tu te fais quand même moins emmerdrer qu'avec une pathologie générale qui te prend tout le corps comme un truc cardio ou neuro par exemple où tu as plein de symptômes amoindrissants et flippants où donc tu as beaucoup plus de mal à te défendre → je reviendrai  laughingdonc, et en attendant je vous fais tout plein de gros bisous d'amour, c'est important  embarassed

19-8-16-diable-bisous-clignants

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.