Trump baisse-t-il tant que cela dans l'opinion ?

J'entends un peu partout que la cote de popularité de Donald Trump est en chute libre. Est-ce vrai ? Pa certain et cela cache une évolution inquiétante de la vie politique.

Le médias français ont tendance à relater de manière rapide et parfois simpliste les événements politiques étrangers. La cote de popularité de Donald Trump est souvent présentée comme en forte baisse sinon en chute libre comme je l'ai entendu hier.

La NPR (National Public Radio) vient de publier un article qui fait le point de manière claire sur la question. Je pensais bien en consultant les informations disponible que cette cote ne descendait pas bien vite, bien moins que je ne l'aurais souhaité et que la raison , la mienne, semblerait le vouloir.

L'article en question expose des comparaisons et des observations simples. 

Pendant les quatre premiers mois Trump a perdu 5 points, comme l'avait fait Obama.

Les sondeurs publient régulièrement des informations sur le niveau d'approbation  et le niveau de désapprobation du président, mais aussi du Parlement, du gouvernement en général, etc... La publication dans un même graphique des deux informations sans montrer le niveau du zéro de la courbe (ici l'exemple inverse) simplifie la visualisation mais aussi amplifie l'appréciation de l'écart entre satisfaits et insatisfaits. Si bien que quand on compare avec les précédents présidents on s'aperçoit que Trump ne représente pas un cas exceptionnel. A mon avis vu la situation c'est même un cas exceptionnel de fidélité de l'électorat que l'on donne à voir.

Ceci n'empêche pas de remarquer des éléments intéressants. L'évolution de la désapprobation n'est pas symétrique de celle de l'approbation. En quatre mois le nombre de satisfaits a baissé de 5 pour cent alors que le nombre d'insatisfaits a augmenté de 9. Voila qui confirme l'impression de fidélité que nous pouvons avoir par ailleurs. Comme je l'ai déjà écrit à plusieurs reprise cette satisfaction des électeurs qui ont fait la victoire est capitale dans l'évolution politique car elle garantit à Trump la fidélité du Parti républicain. Quand elle cède tout cède.

Par contre ce qui fait de Trump un cas différent des précédents est l'extême polarisation des opinions. Habituellement une partie importante des électeurs de l'autre camp manifeste une satisfaction au moins relative du Président qu'ils n'ont pas élu. Ce pas le cas aujourd'hui. La popularité de Trump parmi les électeurs Démocrate est au plus du même niveau que l'était celle de Nixon à la veille de sa démission. Cette polarisation qui fait dire à un expert que même si l'enquête sur l'intervention russe dans la campagne électorale devait prouver des fautes amenant à la récusation du président les opinions partisanes des électeurs Républicains ne suivraient pas la même courbe descendante que celle du Watergate. L'appartenance tribale à son camp passant alors avant le reste.

Dernier point : les comparaisons d'études de popularité sur le long terme doivent être prises avec précaution vu l'évolution des opinions, du positionnement des partis politiques et des techniques de sondage. Il est certain à la fois que les instruments de mesure ne sont plus tout à fait les mêmes ni que la réalité objet de la mesure soit la même.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.