La solution trumpienne, finale, du problème palestinien

Simple : éradiquons les palestiniens.

Au fur et à mesure de la publication des éléments du plan concocté sous la houlette de Donald Trump et attribué à son gendre Jared Kushner on commence à avoir une idée précise de l'ensemble.

Le conflit se concentre sur trois sujets.

  • Jérusalem, capitale revendiqué par les deux paries comme capitale, ce qui est parfaitement possible si l'on envisage une solution "à deux états". Je pense que cette option, forcément transitoire a pu être une option viable à partir des accords d'Oslo mais qu'elle n'a plus de réalité depuis la fin des accords d'Oslo à la mort de Rabin. 
  • La question des réfugiés palestiniens, les familles des personnes déplacées par la création de l'état d'Israel et les guerres qui ont suib=vies.
  • La question des colonies de peuplement qui grignote le territoire. 

La première mesure a consisté selon Donald Trump a sortir Jerusalem de la discussion avec le transfert de l'ambassade. Il pense ainsi avoir symboliquement et définitivement consacré Jérusalem comme la capitale.

On savait l'hostilité de l'administration Trump à l'organisme des Nations-Unies qui encadre les réfugiés de Palestine, L'UNRWA. Il est d'ailleurs remarquable qu'il existe une organisation spécifique, géographiquement dédiée depuis si longtemps. La solution trumpienne vient d'être exposée dans le magazine Foreign Policcy : liquider l'URNWA et ainsi supprimer le problème des réfugiés en les faisant disparaître politiquement. Il ne s'agit évidemment pas de liquider physiquement les personnes mais de leur ôter le statut de réfugiés. 

Sur les colonies l'administration Trump a toujours été silencieuse à la différence de celle d'Obama qui, même modérément, avait protesté. Laissant les colons occuper le terrain on en vient à supprimer la réalité même d'un peuple palestinien.

Plus de capitale, plus de peuple. Cela porterait-il un nom?

Mais le pire, étant donné la passivité chronique de tous les gouvernements et politiques occidentaux sur la question est moyennant quelques arrangements de forme cela pourrait fonctionner. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.