Trump la haine : haro sur les haitiens.

Trump décide de révoquer la protection des haïtiens immigrés depuis le tremblement de terre. Sans raison un tant soit peu argumentable la seule justification se trouve dans le besoin de flatter les sentiments racistes de sa base.

Après le tremblement de terre de 2010 Barack Obama avait accordé la protection du Temmporary Protected Status aux immigrants chassés de l'ile par le désastre. Ils avaient ainsi un droit de séjour et de travail renouvelé à peu près automatiquement. Cela concerne environ 50000 personnes dont 80 % ont un emploi, plusieurs milliers un emprunt immobilier. Ils ont donné naissances à 27000 enfants qui sont eux des citoyens des USA.

L'administration de Donald Trump a décidé de révoquer cette protection. D'ici la mi-2019 ces gens n'auront donc le choix de repartir dans un pays dévasté ou de devenir des sans papiers. Les nombres montrent qu'il n'y a aucune pertinence économique dans cette décision. La seule raison imaginable réside dans le besoin d'un Donald Trump de plus en plus cerné par les ennuis, l'enquête de Robert Mueller, les difficultés à enregistrer une victoire législative significative ou les problèmes électoraux du Parti Républicain, de regonfler le cœur de sa base et en particulier les sentiments racistes qui la motivent.

Kevin Drum de Mother Jones a signalé une intéressante étude sur la corrélation entre la concentration de population blanche et la tendance à voter pour Donald Trump en 2016. Il apparaît qu'il existe bien une corrélation mais pas aussi simpliste et linéaire que certains (à gauche) ont tendance à le penser. Ce sont les zones à ttrès forte concentration blanche qui ont eu le plus tendance à basculer. Autrement dit les communautés les plus ignorantes de la cohabitation inter-raciale. Cela ne résout pas la question de la motivation même si la peur de l'inconnu plus que l'hostilité à l'autre semble une hypothèse plausible.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.