mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart ven. 30 sept. 2016 30/9/2016 Dernière édition

Marche des Indignés - 22/09 -Prisonniers de la Paix

  C'est une tactique immonde de la part des autorités. Ils arrêtent les Français de notre mouvement, et ils les font mijoter deux jours pour dissuader les autres Indignés de parler ou d'agir. Nous sommes en contact avec un avocat local, et avons créé un groupe de travail pour tenter de les faire libérer aussi vite que possible.

 

C'est une tactique immonde de la part des autorités. Ils arrêtent les Français de notre mouvement, et ils les font mijoter deux jours pour dissuader les autres Indignés de parler ou d'agir. Nous sommes en contact avec un avocat local, et avons créé un groupe de travail pour tenter de les faire libérer aussi vite que possible.

Comme les autres billets sur la Marche, celui-ci n'est pas de moi, mais juste une traduction que j'en fais aussi souvent que je peux (voir le lien en bas de billet)

---------------------------------------------

St. Denis, 22 Septembre, 59 è jour de la Marche vers Bruxelles, 8 km depuis Paris

 

 

Chers Tous,

Après que nous y ayons dormi, nous avons occupé la place de la Bourse presque toute la journée. Nous avons affiché des pancartes, écrit des slogans à la craie et tenu une assemblée interne sous la surveillance d'une présence policière massive. Le bus qui nous avait déjà emmenés deux fois était juste au coin de la rue.

C'était une journée grandiose, notamment parce qu'il se passait quelque chose à la Bourse, un quelconque événement qui avait attiré de nombreux costumes-cravates. C'était un plaisir sans égal de les voir parader près des panneaux accusant le système financier, et invitant le peuple à se lever, pendant que notre troupe multicolore tenait une assemblée.

Si on y repense, nous avons fait de grands progrès pendant ces quelques jours. Quand nous sommes arrivés, nous nous étions directement jetés dans le guet-apens policier de la Bastille, et avions dû faire retraite vers la Marne au petit matin. Les jours suivants, nous avons entamé une marche folle à travers la ville, occupé Bercy, et finalement nous avons conquis la Bourse. Mais la répression a été épuisante pour beaucoup de gens, aussi bien sur le plan physique que mental.

Aujourd'hui, la police n'avait pas l'intention de nous laisser quitter la place en groupe pour marcher vers St Denis. Certains d'entre nous se sont débrouillés pour franchir l'obstacle en petit nombre. J'ai marché seul;

Quand j'ai quitté Paris intra-muros, c'était comme si je pouvais de nouveau respirer. J'étais de retour dans le monde réel, croisant des gens de tous âges et toutes races menant leurs vraies vies. La pression des autorités sur tout ce qui dépasse semblait être dissipée.

Mais je me faisais des idées. A St Denis, il y avait une demi-douzaine de flics en civil. Tant que nous serons en région parisienne, la police ne nous laissera pas seuls. Ils continueront leur répression et leur intimidation.

Aujourd'hui il se trouve que tous les détenus n'ont pas encore été libérés. Au contraire. Onze d'entre eux sont toujours gardés à vue. Ils sont presque exclusivement Français, et sont accusés d'avoir endommagé et dégradé des biens publics (le bus de police), et de rebellion. Mais des rumeurs circulent selon lesquelles ils seraient accusés de « terrorisme »

C'est une tactique immonde de la part des autorités. Ils arrêtent les Français de notre mouvement, et ils les font mijoter deux jours pour dissuader les autres Indignés de parler ou d'agir. Nous sommes en contact avec un avocat local, et avons créé un groupe de travail pour tenter de les faire libérer aussi vite que possible. Ceci va encore prolonger notre séjour à Paris . Un appel est lancé d'un rassemblement pacifique pour samedi, afin de protester contre la répression policière. Avec chaque jour de retard, notre marche quotidienne vers Bruxelles se fera de plus en plus longue.

---------------------------------------------------------

Retrouvez l'original en anglais avec les photos sur le blog "Spanish Revolution"

PS: je rouvre les commentaires, et quand je replacerai les billets en ordre chronologique, je copicollerai les commentaires passés dans le corps même du billet.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

... c'est pas la peine d'aller faire "le beau" en Lybie pour user de procédés dignes d'une tyrannie en France...

.... c'est à vomir...

 

merci dominique pour votre travail de traduction sur ce chemin des "indignés" !

 

soutien total aux indignés, à bas la tyrannie de $arko et de ses seïdes !!!!!

 

 

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et téléchargez notre application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Dominique C

J'étais enseignante en milieu rural. Maintenant j'agis dans le domaine associatif...
Mansle - Bayers - France

Le blog

suivi par 47 abonnés

Comme un colibri... à Gauche!