mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart dim. 1 mai 2016 1/5/2016 Édition de la mi-journée

26 septembre: Journée Européenne des langues

Communiqué de presse de "Espéranto-France: "L'espéranto, c'est déjà quelque chose"A l'initiative du Conseil de l'Europe (Strasbourg), la Journée européenne des langues est célébrée chaque année le 26 septembre depuis 2001.

Communiqué de presse de "Espéranto-France: "L'espéranto, c'est déjà quelque chose"

A l'initiative du Conseil de l'Europe (Strasbourg), la Journée européenne des langues est célébrée chaque année le 26 septembre depuis 2001.

Les 800 millions d'Européens dans les 47 Etats membres du Conseil de l'Europe sont encouragés à apprendre plus de langues, à tout âge, tant à l'école qu'en dehors.

Convaincu que la diversité linguistique est une voie vers une meilleure communication interculturelle et l'un des éléments clé du riche patrimoine culturel du continent, le Conseil de l'Europe soutient le plurilinguisme à travers toute l'Europe.
Toutefois, pour que la diversité ne soit pas un frein à la communication, une langue commune est souhaitable. Communiquer à l'échelle globale et sur un pied d'égalité, sans pour autant s'immiscer dans la vie privée des peuples, telle était l'idée du Dr Zamenhof lorsqu'il formula les bases de la langue espéranto en 1887. Langue auxiliaire facilitant l’apprentissage ultérieur des autres langues, l’espéranto préserve les langues maternelles tout en instaurant un véritable dialogue interculturel car il permet de sortir de la confrontation entre espaces linguistiques. Le peuple le plus puissant n'impose plus sa langue en se cachant derrière des « raisons pratiques », et ne s'arroge plus une position privilégiée sur le arché des idées, de l'enseignement, de la recherche, de l'édition et de la production cinématographique.
L'espéranto est une solution reconnue par l'Unesco depuis 1987 mais elle avait le désavantage d'être inconnue pour beaucoup de personnes. Profitons de l'occasion pour faire un point sur ses progrès récents.
Dans les recueils de bonnes pratiques européennes, la diffusion des nouveaux concepts technologiques au sein des populations européennes est appréhendé selon trois phases successives :
– de rien à un peu,
– d'un peu à beaucoup,
– de beaucoup à beaucoup plus.
En 2007, le Conseil de l'Europe a traduit en espéranto son cadre européen commun de référence pour les langues. Tout citoyen peut désormais prouver son niveau par un examen officiel de l'état hongrois. Ce n'est pas rien.
En 2009, le Brésil reconnait la valeur de l’espéranto et exprime son admiration envers les efforts des espérantophones pour la diffusion de cette langue partout dans le monde :
« Dans l’histoire de l’humanité, des langues se sont imposées au moyen de politiques hégémoniques, comme le latin et jusqu’à un certain point, le français et l’anglais. Le Brésil désire ardemment qu’un jour, l’espéranto puisse être accepté de la plupart des nations comme langue facilitant la communication au-delà des privilèges linguistiques ». Ce n'est pas rien.
En 2011, Un rapport commandé par la Commission Européenne à des acteurs de la société civile mentionne plusieurs fois l'espéranto. L'une des recommandations invite à étudier scientifiquement quelle langue, apprise comme première langue étrangère, permettrait d'aider à l'apprentissage ultérieur d'autres langues. Cette recommandation fait référence au projet pilote développé en Grande-Bretagne "Springboard to languages" qui utilise l'espéranto comme introduction à l'apprentissage des langues, et comme outil permettant d'augmenter la conscience des enfants sur la diversité des langues et leur façon de fonctionner. Parmi les exemples de bonnes pratiques citées, deux se basent sur l'usage de l'espéranto.
Enfin, en août 2011, la version en espéranto de l'encyclopédie libre Wikipédia a dépassé les 150 000 articles. Ce n'est pas rien.
De plus en plus, l'espéranto est visible dans l'espace public. Il est en train de passer de « rien » à un « peu ». Pour toutes ces raisons, être moderne au 21ème siècle, c'est communiquer dans beaucoup de langues ET en espéranto.

Cyrille Hurstel, vice-président chargé des relations extérieures

 

Original en pdf

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
  • 27/09/2011 13:02
  • Par JJMU

Ouai !...

Chacun de nous en est réduit à des expédients pour se faire comprendre. Même dans la langue que nous maîtrisons le mieux, les malentendus et les imprécisions demeurent. Il y a toujours une frange d'incertitude, et c'est d'ailleurs ce qui nous fait tant aimer les arts, c'est qu'ils sont aux frontières entre le supposé connu (ou connaissable) et le totalement inconnu, ignoré, surprenant, étonnant. Pourtant, en matière d'arts comme en matière de langues, nombreux sont ceux qui vont se référer au seul connu, au répertoire, au patrimoine. Cette grande majorité n'est pas conservatrice de manière éclairée et consciente, en ayant comparé plusieurs propositions, elle est conservatrice par réflexe conditionné, sans avoir réfléchi ni pensé qu'il fallait réfléchir.

Ainsi : que ferait-t-on, nous, aujourd'hui, d'une langue comme l'espéranto, si, individuellement, nous nous mettions à l'apprendre ?... Je pose la question à chacun de nous en tant qu'individu, et non pas en supposant je ne sais quel groupe concerté et consensuel. Moi, le temps que je mettrais à l'apprendre serait pris sur les actions, sur la volonté de me rapprocher de celle que j'aime et qui parle le chinois et l'anglais pas mal, l'espagnol, un peu, et, face à elle : moi qui parle de français et l'anglais, un peu, l'espagnol pas mal... Il y a des choix, des priorités affectives, intellectuelles...

C'est dans cette optique que je me dis qu'une langue n'existe que si elle est parlée. Il faut l'entretenir avec des interlocuteurs, en situation. Sinon, tant qu'il n'y a personne, en face, alors, nous risquons de perdre ce temps qui est si précieux. Je dis ça, moi, ici, et je fais par ailleurs l'éloge de la lenteur.

Jean-Jacques M’µ

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Dominique C

J'étais enseignante en milieu rural. Maintenant j'agis dans le domaine associatif...
Mansle - Bayers - France

Le blog

suivi par 47 abonnés

Comme un colibri... à Gauche!

Dans le club