Qu'est-ce qui lui a pris à Machin ?

  • Alors, qu'est-ce qui lui a pris à Machin ?
  • Bah ! tu sais bien, c'est toujours comme ça quand il abuse de la farine. Ça lui donne des envies de gifler. Tous les prétextes sont bons. Alors, tu parles, une manif pleine de pas contents ! des salopards qui critiquent le patron, qui ne comprennent pas la chance qu'ils ont de l'avoir ! des grincheux, quoi !
  • On lui a pourtant dit ! quand t'es stone, tu restes à la maison.
  • Là, personne l'a vu venir ! surtout pas ce crétin de manifestant. Même pas un black bloc. Quel con quand même !
  • C'est sûr, on leur avait bien pourri leur manif. C'était gagné. Plein pot sur les casseurs. Un junk-restau à terre. La France a peur ! et gnagnagna ! on était parés pour les quinze prochains rounds. KO debout qu'ils étaient les prolos et leurs syndicats à la con. Mais patatras voilà qu'un type perds la boule et qu'il y va comme à l'entrainement ! des bourre-pif ! du piétinement, du traînage, de l'essuyage de croquenots… jusqu'à le mettre au gnouf !
  • On se méfie jamais assez de ses amis.
  • Amis ?
  • Ouais, enfin des collaborateurs comme on dit chez nous.

(Éclats de rire)

  • J'espère que le patron y va pas nous confisquer notre coco quand même. Comment on ferait pour tenir le rythme sans ? C'est comme un tour de France sans dope, ça se traînerait…
  • Faudrait partir à Noël ! (rires).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.