Dorothée JODON
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 janv. 2022

Non, les migrants mineurs ne sont pas tous des voleurs ou des violeurs.

Des associations de citoyens en France sauvent de la rue des mineurs isolés, migrants de surcroît, et organisent leur accueil d'urgence chez des citoyens bénévoles. Petit billet d'une de ces bénévoles, commis sous le coup de l'émotion après le refus de reconnaissance de minorité d'un des jeunes accueillis.

Dorothée JODON
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Non, les migrants mineurs isolés ne sont pas tous des voleurs ou des violeurs. Je dis cela par expérience, j'en ai fréquenté quelques uns.

Et ce ne sont pas des migrants mineurs isolés que nous accueillons, c'est Demba, Eisan, Mory, Seikou, des enfants, des jeunes avec des bonnes joues de bébé encore, des adolescents qui pourraient être nos enfants, qui, mondialisation oblige, regardent sur leur portable des vidéos de la vie facile des Européens, ont envie de liberté, ont soif d'apprendre, de pouvoir aller à l'école, rêvent d'Occident.

Et ils en ont déjà bien bavé pour arriver jusqu'ici. Quand ils racontent, après quelque temps, une fois qu'ils se sentent en confiance, quand ils racontent leur voyage, leurs galères, la traversée du désert (au sens propre!), les Touaregs, les supplications, la Lybie, les passeurs, les humiliations, le racket, les nuits à marcher, le froid, la faim, les prises d'otages, la police, les douaniers, les coups de feu, les blessures, les amis qu'on laisse parce qu'on doit sauver sa peau et dont on n'aura jamais plus de nouvelles, quand ils racontent cela, tout à demi mot, avec une extrême pudeur, par bribes, comme s'ils voulaient nous ménager, et bien, croyez-moi, on retient ses larmes, on serre les dents parce que le cœur ne peut pas se serrer plus.

Quel beau remerciement nous offrent-ils sans s'en rendre compte ! Ils nous offrent à travers leur regard émerveillé ce que nous avons perdu, enfants gâtés que nous sommes : la conscience du bonheur que cela représente d'avoir un petit lieu à soi, où l'on peut dormir, à l'abri des intempéries et des dangers de la nuit, de simplement actionner un robinet pour avoir de l'eau potable, de pouvoir aller à l'école, apprendre à lire, à écrire. Ce n'est pas un luxe, non, c'est ce dont le monde entier devrait bénéficier si le monde était juste.

Une fois qu'ils nous quittent parce qu'enfin ils ont une place à l'hôtel, on se dit que ça y est, une étape est passée. Ils vont être pris en charge, c'est sûr, toutes les histoires se terminent bien. On se dit qu'ils vont aller au collège, et, pour un instant, pour un instant seulement, on vit dans un beau pays.

Plus forte est la désillusion quand on apprend quelques semaines plus tard que l'évaluation par l'ADDAP est négative et qu'ils ne sont pas reconnus mineurs (malgré un acte de naissance, malgré leurs bonnes joues de bébé, malgré toute leur bonne foi). Cela veut dire parcours du combattant à nouveau : avocat, appel, juge, examens médicaux... et in fine, comme dirait l'autre, comme menace ultime, le retour au point de départ (malgré le voyage, malgré les galères, malgré la traversée du désert (au sens sale), malgré les supplications, malgré la Lybie, malgré les passeurs, malgré les humiliations, malgré le racket, malgré les nuits à marcher, malgré le froid, malgré la faim, malgré les prises d'otages, malgré la police, malgré les douaniers, malgré les coups de feu, malgré les blessures, malgré les amis qu'on a laissés parce qu'on devait sauver sa peau et dont on n'aura jamais plus de nouvelles).

C'est nous qui devons leur expliquer qu'ils vont devoir rentrer dans le pays qu'ils ont fui, que la terre d'accueil qu'ils ont rêvée, espérée, en laquelle ils ont cru, ne veut pas d'eux.

Alors on en fait quoi de ces jeunes ? On fait quoi de Demba, Eisan, Mory, Seikou ? Je veux dire à part les laisser mourir dans la Méditerranée et détourner les yeux ? Ce serait vraiment un gouffre pour le budget d'une puissance comme la France que de les accueillir dignement, de leur offrir un peu de répit après toutes les horreurs qu'ils ont vécues ? Ce sont des jeunes motivés, travailleurs. Ils peuvent apporter beaucoup à la France, sans aucun doute. On leur dit quoi à Demba, Eisan, Mory, Seikou, les yeux dans les yeux ? Qu'eux, parce qu'ils ne sont pas nés au bon endroit dans ce monde si inégalitaire et injuste, ils ne méritent pas tout ce que l'on a ? Et nous ? On le mérite ? Vraiment ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse