Loi portant recomposition de la Commission Électorale Indépendante

Le Président de la Commission de l’Union Africaine se félicite de la prise en compte de la recommandation de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples

M. Moussa Faki Mahamat, le Président de la Commission de l’Union Africaine © Direction de l’Information et de la Communication de l’Assemblée Nationale M. Moussa Faki Mahamat, le Président de la Commission de l’Union Africaine © Direction de l’Information et de la Communication de l’Assemblée Nationale

La loi portant recomposition de la Commission Électorale Indépendante (CEI), adoptée récemment par l’Assemblée Nationale et le Sénat, et promulguée par le Président de la République, le 6 août 2019, vient de bénéficier du soutien de l’Union Africaine. M. Moussa Faki Mahamat, le Président de de la Commission de l’Union Africaine a, dans une déclaration qu’il a faite ce 19 août, apporté son soutien à cette nouvelle Commission Électorale Indépendante. Nous vous proposons l’intégralité de sa déclaration.

"Faisant suite à l’adoption par les deux chambres du Parlement de la loi portant recomposition de la Commission Électorale Indépendante en Côte d’Ivoire et à sa promulgation, le Président de la Commission de l’Union Africaine se félicite de ce que l’arrêt rendu par la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples ait été pris en compte tel qu’en atteste le préambule des motifs du projet de loi introduit au Parlement".

Le Président de la Commission de l’Union Africaine salue l’ensemble des acteurs politiques en Côte d’Ivoire, y compris les organisations de la société civile, pour leur attachement aux valeurs démocratiques prônées par l’Union Africaine et les encourage dans leur volonté à aller à des élections paisibles dans l’intérêt du peuple ivoirien.

Le Président renouvelle l’engagement de la Commission à accompagner le processus électoral en Côte d’Ivoire.

Direction de l’Information et de la Communication de l’Assemblée Nationale

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.