Hidalgo : le navire coule à pic !

La journée sans voiture, grande messe de la communication municipale, est passée inaperçue cette année. Le ridicule clip diffusé sur les réseaux sociaux par la Mairie de Paris et la démission du Premier adjoint d'Anne Hidalgo donnent à cette fin de mandat des aires de débandades.

Fluctuat nec mergitur. La devise de Paris n’a pas été adoptée par sa maire. Anne Hidalgo est en train de sombrer à des profondeurs difficilement imaginables. Hidalgo coule et n’a aucune bouée à laquelle s’accrocher. Son dauphin qui lui devait pourtant tout est parti à la recherche d’une petite île où se refaire une santé avant de s’arrimer au paquebot En Marche. Bruno Julliard a causé une « déception » chez celle qui « manque de remise en question ». Les deux parvenus de la mairie de Paris la jouent à couteaux tirés, car étant donné le bilan sur les bras, il faut absolument ranger toute la saleté chez le voisin.

 Une mission à laquelle s’était enfin attelée la maire de Paris en lançant une campagne contre les parisiens (et parisiennes) qui assouvissent leurs besoins dans les rues de la capitale depuis des années. Le temps de réaction anormalement long prouve qu’Hidalgo ne met jamais le pied dehors sauf pour passer de sa voiture avec chauffeur à un hôtel particulier où ses amis millionnaires organisent des soirées de gala. La maire de Paris évite soigneusement tout contact avec la réalité et a longtemps refusé d’admettre que la saleté était un problème dans la capitale.

Amour gloire et beauté / Glamour, impôts et saleté ? Amour gloire et beauté / Glamour, impôts et saleté ?

Et parmi la saleté ambiante, l’urine pointe le bout de son nez ou plutôt propage son odeur pestilentielle à chaque coin de rue et station de métro. Il n’est pas rare non plus de tomber sur un sympathique gaillard en train d’uriner sans trop de gêne au milieu des passants. Paris version XXIe siècle quoi ! Alors, à deux ans d’élections qui s’annoncent compliquées pour ne pas dire impossibles, Hidalgo a décidé de réagir en lançant une campagne sur les réseaux sociaux.

 Un clip ridicule, financé sur l'argent public

Une campagne qui fait du bruit… par son indigence. Mise en ligne la semaine dernière (quand tout allait encore soi-disant bien à la mairie), la campagne est un grand n’importe quoi qui prend la forme d’un clip censé être drôle. On y voit la pseudo-comique Swann Périssé y chanter (mal) des paroles insipides. Le ton de la nullité est donné avec des paroles comme : « Je sors dehors et je respire la brise. C'est là qu'alors, je suis surprise car aujourd'hui, dans Paris faites du bruit. C'est vrai oui ça ne sent pas le pipi. Je dis merci, un grand et sincère et merci à ceux qui ne font pas pipi dans Paris ».

Hidalgo est une spécialiste des campagnes inutiles et coûteuses (combien a réellement coûté ce clip ?), mais là ça commence vraiment à faire trop. Y aura-t-il moins d’urine dans les rues de Paris grâce à cette misérable campagne ? Ne perdons pas le temps de répondre à cette question. Comme depuis près de vingt ans, les Parisiens et touristes vont continuer à déambuler au milieu des détritus et de l’odeur d’urine. Rien ne changera tant que la madone sera dans sa tour d’ivoire.

Hidalgo voulait naviguer toujours plus loin grâce à Paris, elle n’a fait que surfer sur une petite vague pour finir « seule » dans un océan de médiocrité. Il y a parfois une morale en politique, mais avant de se révéler, ce sont des millions de personnes qui doivent subir des années durant, les délires d’un personnel politique pas au niveau. Il est temps d’étudier les programmes et les parcours des prétendants qui font la queue pour se faire une place au milieu des ordures parisiennes. L’un d’entre eux aura-t-il la décence d’en finir avec la saleté ?

À nous de jouer.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.