Campion va-t-il « libérer » Paris d’Hidalgo ?

La roue tourne pour Anne Hidalgo. Elue sans difficulté en 2014 en ayant bénéficié du bilan de son mentor Bertrand Delanoë, une longue carrière à l’Hôtel de Ville de Paris lui était promise. La capitale semblait être solidement ancrée à gauche, mais une gestion largement décriée et l’arrivée d’En Marche sur l’échiquier politique ont radicalement changé la donne.

Il y a des ennemis qu’il vaut mieux éviter d’avoir en face de soi. Marcel Campion est de ceux-là. Celui qui a régné notamment sur le marché de Noël des Champs-Elysées entre 2008 et 2016 n’a pas digéré son éviction par la maire de Paris. Les deux étaient pourtant comme des larrons en foire (de Noël) et chaque année, Anne Hidalgo inaugurait le marché en le trouvant toujours plus beau, plus populaire et authentique. Mais l’amour ne dure qu’un temps et a laissé place à la haine. Pour des raisons encore bien sombres, Anne Hidalgo a soudainement déploré le « made in China » qui envahissait depuis des années le marché parisien et a cru ouvrir les yeux et constater « la qualité médiocre des animations et des produits vendus ». Résultat, pas de marché de Noël pour Campion et ses forains et en prime, fin de la grande roue qui surplombait la place de la Concorde.

 

Anne Hidalgo est connue pour sa facilité à se créer des ennemis, mais un comme Campion pourrait bien être celui de trop. L’homme âgé de 78 ans n’est pas un politique, mais il a une influence certaine sur eux et donc un pouvoir de nuisance plus certain encore. Pour preuve, son marché de Noël sera bien présent de novembre 2018 à janvier 2019 à Paris dans les beaux jardins des Tuileries. Un emplacement sous la direction du musée du Louvre et qui permet à Campion de faire un beau pied de nez à son ancienne amie.

 

Mais le « roi de forains » veut plus. Il médite depuis des mois une revanche complète et s’est donc lancé en politique il y a quelques semaines. Il a fondé le mouvement « Libérer Paris ». Il faut comprendre « libérer Paris d’Anne Hidalgo ». L’homme assure qu’il ne se présentera pas à la mairie de Paris, mais dix-sept têtes de listes sont déjà constituées afin de relayer les propositions d’un mouvement qui se veut représentatif des Parisiens de toute leur diversité culturelle et socio-économique.

 

Campion veut appuyer la où sa fait mal et répète partout que la propreté de Paris et la gestion des voies sur berge sont des problèmes solubles qui ont été créés par l’actuelle municipalité. Le message est explicite. Il faut sortir les sortants et peu importe qui prendra la place. Marcel Campion sait que ses listes n’ont aucune chance de se retrouver aux manettes. Il souhaite juste contribuer à la défaite annoncée d’Anne Hidalgo. Il n’est pas insensé de penser qu’il appellera à voter pour le candidat le mieux placé pour faire échouer la maire de Paris.

 

Qui sera l’heureux élu ? Il est encore trop tôt pour le dire tant les différentes écuries politiques n’ont pas encore sonné le début des hostilités pour faire émerger leur champion. Les forains ont déjà le leur et il a juré la perte d’Hidalgo. Gageons que le pari sera tenu – certainement pour le plus grand bien de Parisiens encore éberlués par la tournure que prend le mandat d’Anne Hidalgo.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.