BIENVEILLANCE

BIENVEILLANCE Les membres et autres fans de LREM, réunis pour une affirmation de leur existence à Bordeaux, ont tenu à proclamer, parmi d'autres prétentions fantaisistes et mensongères, leur "BIENVEILLANCE"...
  • Bienveillance

    Les membres et autres fans de LREM, réunis pour une affirmation de leur existence à Bordeaux, ont tenu à proclamer, parmi d'autres prétentions fantaisistes et mensongères, leur "BIENVEILLANCE"...

    Les chaines info, toutes entières dévouées à leur service, n'ont pas manqué de nous montrer de fraiches jeunes femmes, tout sourire, autour de l'éborgneur en chef, heureux, satisfait de sa personne et de ses résultats. ( record absolu de blessures graves et de mutilations).

    Nous devons désormais réviser notre perception, ou notre compréhension du vocabulaire ordinaire que nous utilisons.

    En effet, " BIENVEILLANCE" , pour les modernes membres de LREM, ( un nouveau monde !) signifie par exemple :

    Laisser l' usage d'au moins un oeil à ceux qui ont l'audace de contester dans la rue la diminution radicale des droits ordinaires des pauvres.

    N'arracher qu'une seule main aux dangereux contestataires de la politique de destruction des droits sociaux.

    Ne tuer qu'avec parcimonie les vieilles qui ferment leurs volets pour éviter les gaz lacrimogènes, et ne noyer que des jeunes qui écoutent de la musique le soir de la fête du même nom au delà des heures raisonnables.

    Ne signer que des accords de libre échange permettant l'importation de denrées alimentaires dangereuses pour la santé de la population (enfin, seulement pour les pauvres qui achètent de quoi se nourrir au moins cher sans réfléchir), et permettant également d'accroitre significativement le réchauffement de la planète en augmentant les transports intercontinentaux de produits dont nous disposons déjà chez nous, tout en précarisant toujours plus ceux qui les fabriquent ici...

    Réduire drastiquement les droits des chômeurs qui coûtent un bras, tout en les culpabilisant, et voler l'argent des cotisations d'assurance chômage des travailleurs pour faire fonctionner le système qui appliquera les sanctions que ces feignants méritent, après tout, s'ils n'ont pas de boulot, ce ne peut être que de leur faute, qu'ils apprennent à traverser la rue...

    Défendre bec et ongles le droit des industriels de la chimie à empoisonner la population et l'ensemble du vivant pour assurer la stabilité des revenus des actionnaires, que les baisses d'impôts ne sauraient satisfaire tout à fait...

    Diminuer les montants des retraites tout en rendant l'accès à celles-ci plus difficile.

    Etrangler le système de santé au nom des sacro-saints principes comptables, seules les classes supérieures auront le droit de se soigner, les moins riches bénéficieront du privilège d'agoniser sur des brancards dans les couloirs des services d'urgences à bout de souffle, la sécurité sociale doit disparaitre pour laisser le champ libre aux assurances privées.

    Etendre les droits des chasseurs, au mépris des lois européennes, tous les animaux sauvages ne sont que matière à divertissement, tuer est un passe temps recommandable, et la torture traditionnelle de taureaux d'élevage dans les arènes est un spectacle acceptable pour les enfants...

    Décourager efficacement toute velléité d'agriculture biologique en ne versant pas les aides pourtant prévues dans la loi, ou ne les verser qu'avec un retard suffisant pour que les illuminés qui s'y essaient aient le temps de crever la gueule ouverte...

    Encourager à n'importe quel prix l'élevage intensif, les fermes usines et l'agriculture industrielle, en détruisant consciencieusement le peu de nature sauvage qui subsiste encore...

    Sans oublier de subventionner grassement les énergies fossiles, tout en taxant les pauvres qui les utilisent, faute d'avoir le choix...

     

    Leur "bienveillance" ressemble à celle du religieux qui sodomisera vos enfants après vous avoir expliqué comment penser et agir pour votre salut spirituel...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.