Crevettes attention danger ! Déforestation massive...

Craquante au barbecue, séduisante à la thaï ou flambée, la crevette est un objet qui tient une bonne place dans la cuisine estivale. Les rayons de supermarchés en regorgent à tous les prix et toutes les tailles mais toujours bien roses.

Sa consommation et sa production ont explosé durant ses dernières années au point d’en devenir une industrie très lucrative. Si la crevette de nos assiettes reste globalement bon marché, elle a par contre un coût écologique très élevé pour les pays producteurs et par conséquent pour l’Eco-système planétaire. Sans gâcher la fête, soyons attentifs à « cet or rose »qui pourrait rapidement devenir indigeste.

Protéger la crevette

La forte demande de consommation de ce produit a évidemment entraîné sa production énorme avec des risques sanitaires bien présents. Elevées dans des fermes de bord de mer sur plusieurs centaines d’hectares, la crevette subit la loi absurde de l’intensification industrielle. Comme les bovins, les volailles, la crevette voit ses conditions d’élevages devenir inquiétantes. La densité de ces petites bêtes peut atteindre plus de 200 individus par mètre carré et leur nourriture issue de farine animale et de poissons. Ces deux facteurs conjugués provoquent de nombreuses maladies traitées aux antibiotiques et c’est cela que nous mangeons. La belle crevette de tout à l’heure vient de perdre un peu de sa superbe.

Protéger son environnement

Mais la production massive de crevettes provoque également des dégâts considérables sur les écosystèmes, sources de déforestation, d’importantes surfaces de mangroves ont disparu. Véritable interface entre la mer et la terre, la mangrove est une amie de la planète. Elle protège les côtes de l’érosion côtière et en retenant les sédiments, elle préserve les massifs coralliens. Hélas, il faut constater aujourd’hui que la moitié des mangroves qui couvraient les trois quarts des côtes tropicales ont disparu à l’image de l’Inde ou la Thaïlande qui en ont perdu environ 85%. Et les bassins d’exploitation remplace progressivement la mangrove et provoque 38% de cette déforestation.

Et le consommateur

Sous la pression d’ONG et l’action des mouvements de consommateurs, l’industrie de la crevette commence à évoluer favorablement vers des pratiques plus respectueuses. « Des entreprises d’élevage de crevettes se tournent depuis quelques années vers des systèmes de production semi-intensifs et extensifs, avec moins de traitements, une densité de crevettes plus faible, une meilleure qualité de l’eau, des fermes aquacoles installées en dehors des mangroves et des zones humides… ». Notre comportement de consommateur dans l’acte d’achat doit permettre d’accentuer ce mouvement vers des produits de qualités et Eco-responsables. Restons méfiants sur les produits très peu chers et sans garanties environnementales qu’il faut délaisser au profit de produit labélisé qui répondent à des cahiers des charges rigoureux comme Label Rouge et évidement les produits AB qui garantit aux consommateurs 95% d’ingrédients naturels d’origine agricole et dans le respect des cycles biologiques. (Sources Alter Eco mars 2019 )

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.