Total, sponsor sur le Tour de France

Total est sponsor de la coupe d’Afrique des nations (CAN) qui s’appelle désormais « Coupe d'Afrique des Nations Total 2019 | Football together ». C’est le côté pile ou face de la pièce médiatique de Total qui vise à donner une image populaire et généreuse de son mécénat sportif, fraternel.

De l’argent pour le sport pour vendre une image relookée et acceptable de son comportement climaticide planétaire. D’une main je donne, de l’autre je reprends. D’une main j’investis dans la bulle sportive et de l’autre je détruis les environnements des pays que je finance. Les jeux olympiques de Paris étaient là encore une belle occasion de redorer son blason grâce à l’image des accords de Paris. Sponsoriser les JO, c’est mettre son logo sur une manifestation qui se veut «éco- responsable. Donc une bonne affaire de communication pour ce prédateur climatique que de s’associer à une image verte, de développement durable.

Mais rien de moins sûr si l’on écoute les propos de la Maire de Paris et de son Adjoint Ian Brossat : « il n'y aura pas Total parmi les sponsors, en tout cas la Ville de Paris ne le souhaite pas », avant d’ajouter : «c'est comme si on organisait une fête de la gastronomie et on la faisait sponsoriser par MacDo. Ce n'est pas possible. » (Le figaro du 9/07/2019). Ce qui ne plaît pas, mais pas du tout au Président de la République qui tacle la position parisienne. « Ce n'est pas une bonne idée », a tranché le Chef de l'Etat, interrogé sur France Info sur le renoncement du groupe pétrolier annoncé début juin. Emmanuel Macron a regretté des « leçons de morale ». « C'est plus facile d'écarter de l'argent privé en donnant des leçons de morale que d'en trouver, donc maintenant on doit mobiliser collectivement tous les financeurs français », a-t-il affirmé. Et d’ajouter « Qu'il y ait des entreprises qui polluent, c'est le cas, mais je ne vais pas expliquer à tous les salariés de Total en France qu'ils ont un travail qui n'est pas digne », a expliqué Emmanuel Macron dimanche. « Total doit s'engager dans une politique de transition énergétique, il faut les aider à cela. Et si Total peut mettre de l'argent pour aider à financer des Jeux verts et peut mettre de l'argent pour aider à financer la transition, c'est une bonne chose », a-t-il argué (Le Parisien, 7 juillet 2019). « Je pense que cela aurait été une forme d'incohérence, estime Emmanuel Grégoire (Premier adjoint à la Mairie de Paris). Et que cela aurait été souligné, que toute l'équipe France aurait été pointée du doigt en disant : arrêtez de raconter des 'carabistouilles', pour reprendre un mot du président de la République. Vous dites que vous voulez faire des JO verts et en même temps, vous faites de l'un des plus gros pollueurs de la planète votre partenaire principal. Il faut un minimum de cohérence. Total, le cœur de son métier, c'est l'exploitation des énergies fossiles. A elle seule, ça représente à peu près 1% des émissions mondiales de gaz à effet de serre", a rappelé l'élu parisien. (France info).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.