Dylan Ayissi
Fondateur du Collectif Une voie pour tous : pour une réforme de l'enseignement professionnel
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 juil. 2022

Tribune - Ministère de l’enseignement professionnel - que les débats commencent !

La nomination d'une ministre chargée de la formation et de l'Enseignement professionnel nous oblige à présent à ouvrir le débat dont l'enseignement professionnel a tant besoin depuis de trop nombreuses années.

Dylan Ayissi
Fondateur du Collectif Une voie pour tous : pour une réforme de l'enseignement professionnel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce lundi 4 juillet par voie de dépêches, les noms des nouveaux membres du gouvernement se sont succédé sur les bandeaux des chaînes d’information. Parmi les nouveaux entrants, Carole Grandjean, qui prend la charge de la Formation et de l’Enseignement professionnel.
Cette nomination intervient à la veille d’une grande réforme annoncée du lycée professionnel, qui pourrait constituer un des grands chantiers éducatifs du quinquennat, après que les candidats aient manifesté un fort intérêt pour ce sujet, à notre grande
satisfaction, lors de la dernière campagne présidentielle.

La première question à poser sur cette nomination est d’abord celle de la cohérence quant à la jonction de la formation professionnelle et de l’enseignement professionnel dans le même ministère. Il s’agit en effet de deux choses bien différentes, en tout cas en principe. La première s’adresse spécifiquement aux salariés souhaitant pouvoir acquérir des savoirs sur des métiers ou des secteurs d’activité, dans des parcours de reconversion ou de simple curiosité, donc à des personnes censées être majeurs et autonomes. Quant à lui, l’enseignement professionnel est destiné à des élèves - majoritairement mineurs, suivant un cursus dans un établissement scolaire. Si cette tendance croisement entre la formation et l’enseignement commence à se faire ancienne, il faut rappeler que l’école doit rester un sanctuaire éducatif, d’apprentissage des savoirs fondamentaux et de l’émancipation. L’école, rien que l’école.


Aussi, ce ministère délégué se trouve sous double tutelle, du ministère de l’Education nationale et du ministère du Travail, du Plein-emploi et de l’insertion. La qualité professionnalisante des lycées pro oblige évidemment une connaissance du monde économique et des réalités de l’emploi, car ils ne doivent pas devenir des sas sans porte de sortie. Néanmoins, il m’interroge de voir le lycée professionnel progressivement s’effacer dans le monde de l’emploi et ses exigences, dans des logiques de commandes du secteur privé. Est-ce cela qui réglera la problématique sociale omniprésente dans ces établissements. Il ne faut pas bâcler le travail éducatif en considérant que la seule solution aux problèmes sociaux se trouve dans le travail. En tant que citoyens - avant tout -, les besoins se trouvent aussi dans la connaissance de soi, du monde qui l’entoure, de la compréhension de son environnement...toutes les missions normalement portées par
l’école.


La re-création de ce ministère est en soi une bonne chose, intéressante et nécessaire. C’est une opportunité de poser les débats de fond. Mais la grande avancée de la ministre se situera d’abord dans sa capacité à poser des constats lucides sur ce qu’est aujourd’hui l’enseignement professionnel, au-delà des simples donnés sur l’emploi et le travail. Si ce ministère est capable de constater les discriminations de toutes sortes s’opérant dans les lycées pro et commençant au moment de l’orientation, de savoir comment le lycée pro représente pour beaucoup une déchirure et un traumatisme, ce second mandat prendra une orientation nouvelle, pour que l’égalité des chances ne soit plus qu’un principe.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Écologie
En Isère, dans les bottes de la police de l’eau
Dans le département de l’Isère, une vingtaine d’agents sont chargés de réaliser les contrôles pendant les périodes de sécheresse. Arme à la ceinture, mais en privilégiant la prévention à la verbalisation.
par Maïté Darnault et Mathieu Périsse (WeReport)
Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième mégafeu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal — Amérique du Nord
La républicaine Liz Cheney battue à la primaire par une pro-Trump
La vice-présidente républicaine de la commission d’enquête sur les événements du 6 janvier 2021 paie son opposition à l’ancien président. Ce dernier a soutenu sa rivale, l’avocate Harriet Hageman, qui a remporté mardi la primaire dans le Wyoming.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr