mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart jeu. 5 mai 2016 5/5/2016 Édition de la mi-journée

Une ère nouvelle pour les écoles supérieures d'art

L’ésã, Ecole supérieure d'art du Nord-pas de Calais, porte à compter d'aujourd'hui sur la place publique les débats qui l’animent, grâce à Mediapart.

Photographie de l'exposition des étudiants de l'ésã de décembre 2011 intitulée Fulgurances et organisée par l'association des étudiants : Sans Titre. © association Sans Titre Photographie de l'exposition des étudiants de l'ésã de décembre 2011 intitulée Fulgurances et organisée par l'association des étudiants : Sans Titre. © association Sans Titre


Sans prétention à généraliser un régime, fut-il esthétique, notre recherche identitaire articule le singulier au collectif à plusieurs niveaux.

Photographie de l'atelier Play/display avec Maïté Vissault et Ruben Bellinckx. Sur l'image : Angèle Mouteau, Julien Boucq et Antoine Liebaert  © Marina Chao Photographie de l'atelier Play/display avec Maïté Vissault et Ruben Bellinckx. Sur l'image : Angèle Mouteau, Julien Boucq et Antoine Liebaert © Marina Chao

Les écoles supérieures d’art ont vécu ces dernières années ce que l’on peut qualifier de mise en crise régulière. Nécessité contextuelle, contingence, ou secouage volontaire de cocotiers, liposuccion d’une souris-mamouth (maousse) ou signe d’un endormissement du projet radical des écoles d’art, cette vague réformatrice serait venue de Bologne (qui s’en désespère). Les écoles d'art vivent depuis Bologne sous la férule de l'évaluation, des indicateurs, de la mesure, de la mondialisation, de l'ouverture des échanges, de la mise en concurrence des formations. On peut y lire l’empaquetage de la part irréductible de l’art - avec le reste - en modules agençables à souhait et gavés aux hormones d’un rôle social devenu viatique. Mais la mobilité du regard passe par celle du corps et il faut permettre au corps mobile de retrouver quelque assise ici et là, d’emmener avec lui ses lettres de crédits pédagogiques, son bagage étiqueté.

Vue de a revue de l'association des étudiants : STAC (Sans Titre Avec Contenu). © Marie Decarnin Vue de a revue de l'association des étudiants : STAC (Sans Titre Avec Contenu). © Marie Decarnin

Ces réformes réenclenchent une inquiétude essentielle. Elles réveillent, comme une blessure ancienne, une fondation qui, à défaut d’être stimulée, se fragilise, se délite.

Notre identité est là où nous nous reconnaissons et où nous sommes reconnus; elle se définit de manière fluide, plastique, par les interactions entre des perceptions et des mouvements, internes et externes. Appeler ici plus qu'ailleurs à l’expression de ces flux nous a semblé plus qu’une évidence, une nécessité.

" Le chant tel que tu l’enseignes n’est pas convoitise ni quête de quelque chose que finalement on pourrait atteindre.

Le chant est existence. " (1)

Installation de figures en céramique lors de la manifestation Spreading out, en septembre 2011. © Akiko Okumura Installation de figures en céramique lors de la manifestation Spreading out, en septembre 2011. © Akiko Okumura


Roland Decaudin

Directeur de l'Ecole supérieure d'art du Nord-Pas de Calais / Dunkerque-Tourcoing.



(1) : R.M. Rilke Les Sonnets à Orphée, I, 3 (trad. Angelloz, légèrement modifiée par Pierre Hadot in Le Voile d’Isis, Gallimard, 2004)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile.
Je m'abonne

Le blog

suivi par 10 abonnés

Identité(s) de l'Art

mots-clés