Une sacrée perte de confiance...

 

confiance.jpg

 

 

 

Nous sommes tous un peu déboussolés.

Nos repères ont brusquement disparu.

La crise bancaire, mais surtout le débat sur la gestion des fonds étrangers nous déstabilise.

A de multiples reprises mes patients m’ont fait part de leur révolte. Je ne ressens pas de peur, mais comme une sourde colère.

Contre les banques qui ont menti, qui ont caché des pratiques peu scrupuleuses.

Contre le gouvernement fédéral qui ne semble pas savoir défendre l’honneur d’un pays et qui capitule en rase campagne avant d’avoir combattu.

Pourquoi avoir honte du secret bancaire, alors que la majorité des états qui nous attaquent le pratique.

Pourquoi toujours se comporter ainsi.

Capituler sans avoir négocié.

Ce sentiment d’infériorité, ce manque de panache.

Lorsque l’on érige le consensus en dogme, il est impossible de savoir ou d’oser réagir.

Le Conseil Fédéral est une structure idéale pour des temps calmes, mais lors d’une tempête, il manque cruellement un vrai homme ou une vraie femme d’Etat.

tempete.jpg

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.