Billet de blog 13 janv. 2015

Laurence De Cock
Professeure d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

La pédagogie de l’urgence ne libère que de l’écume

Laurence De Cock
Professeure d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Donnez leur et donnez-nous du temps.

 Depuis quelques jours se multiplient les échos alarmistes des écoles des quartiers populaires dans lesquelles les mômes se seraient lamentablement vautrés dans l’apologie des criminels qui ont tué à Charlie-Hebdo et porte de Vincennes. « Les territoires perdus de la république » n’auraient donc pas retrouvé le bon chemin , leurs habitants restant englués dans leur défiance de la France, embrigadés par des communautés religieuses, fanatisés par un antisémitisme aveugle.

Echec de l’Ecole ? Echec de la société ?  Tandis que les urgentistes multiplient les analyses, il faudrait peut-être rappeler modestement que nous ne sommes qu’à 6 jours du premier massacre.  Le protocole d’intervention se dessine sous la forme d’une mallette pédagogique antiterroriste dont le contenu sera décidé autour des tables géantes des salons dorés de Grenelle. L’heure est aux multiples mises en scène de la peur et de sa médication dont on pressent déjà que les « valeurs de la République » constitueront les piliers comme s’il y avait là quelques chose de nouveau, comme si les valeurs de la république et leurs mots-clés n’étaient pas enseignés depuis des lustres et comme si elles contenaient un pouvoir prescriptif magique susceptible de provoquer immédiatement un rappel à l’ordre raisonné d’adolescents atteints par l’épidémie de la contestation antirépublicaine.

Que tout cela est triste, attendu, rabâché, et fatigant.

Encore une fois la réaction est à l’image d’une bureaucratie pyramidale qui croit (sans doute très sincèrement) que la connaissance du terrain se fait par « remontées et descentes mécaniques » : remontées médiatiques et remontées académiques se combinent ainsi sans aucune prise en compte de la multiplicité des filtres qu’elles opèrent à chaque étage. Alors l’ordinaire du métier se perd au détour un palier, les enseignant.e.s se dépouillent de leurs multiples visages et on ne retient de ces multiples échos que ce qui confirme l’hypothèse de départ et accélère sa remédiation. Tout doit aller vite, très vite même. Parce qu’il faut « répondre », répondre avant d’écouter les questions.

Pourtant les mômes ont des choses à vous dire, et leurs enseignant.e.s aussi. Mais un enfant ne parle pas comme un adolescent et un adolescent ne parle pas comme un adulte.  Ce dernier comprend sans difficulté que le silence d’une minute parle la douleur. Mais l’enfant peut lui préférer le cri, et l’adolescent le rire. C’est rassurant de rire, et ça peut soulager de crier. Sous les cris, derrière le rire, ou par la colère, les mots ne disent pas si simplement ce que l’on croit entendre. Un jeune qui rit ne s’adresse pas qu’à l’institution, il sonde ses copains, il provoque son/sa prof, il se protège du sérieux dont il ne connaît pas encore très bien les codes. Et certain.e.s, c’est vrai, hurlent leur colère aussi, et il est impératif de comprendre pourquoi.

Mais faire parler des enfants et des adolescents relève de la pédagogie. Cela suppose de (sus)p(r)endre le temps, d’apprendre aussi à libérer leurs mots sans rappel incessant de la norme.

Alors viendra le moment de reprendre ces multiples paroles, les plus violentes comme les plus belles, et la « remontée » pourrait prendre du sens si nos élites persistent à refuser de descendre. Peut-être ensuite nous pourrons travailler à des contre-poison, à réenchanter une école que certains élèves incluent en effet dans leur mécanique de défiance ; alors seulement nous redistillerons des « valeurs » parce que la matrice sera prête à les accueillir sans la résignation blasée qui préside aujourd’hui à tout enseignement dit « civique ».

Et, qui sait, nous donnerons peut-être goût à certain.e.s de partir à la rencontre d’une altérité qui, dans les espaces de relégation, souffre de cette indifférence ou de la fabrique d’une image détestable quand nous, enseignant.e.s, hurlons aujourd’hui  une véritable urgence : celle de les regarder, de les entendre, et de les convaincre non pas « qu’ils sont chez eux » mais qu’ils sont nous, et que nous sommes eux.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte

À la Une de Mediapart

Journal
Un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Social
Anthony Smith, inspecteur du travail devenu symbole, sort renforcé du tribunal
Devant le tribunal administratif de Nancy ce mercredi, la rapporteure publique a demandé l’annulation des sanctions visant l’agent de contrôle, accusé par le ministère du travail d’avoir outrepassé ses fonctions en demandant que des aides à domicile bénéficient de masques en avril 2020.
par Dan Israel
Journal — Extrême droite
Extrême droite : les larmes (de crocodile) des élites libérales
Les succès électoraux de l’extrême droite, comme en Suède ou en Italie, font souvent l’objet d’une couverture sensationnaliste et de dénonciations superficielles. Celles-ci passent à côté de la normalisation de l’agenda nativiste, dont la responsabilité est très largement partagée.
par Fabien Escalona

La sélection du Club

Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige