Juliette Keating
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Michelle Perrot © 

Vendredi 14 novembre, l'association de lecteurs Les Filles du loir reçoit l'historienne Michelle Perrot pour son livre Des femmes rebelles, Olympe de Gouges, Flora Tristan, Georges Sand (éditions elyzad). Pour en parler, j'ai rencontré une nouvelle adhérente : Samia.

Samia est une nouvelle adhérente des Filles du loir. Elle a découvert l'association par Internet : « j'étais à la recherche de gens que je pourrais rencontrer pour parler de ce qui m'intéresse : de la lecture, des livres. Pour l'anecdote, j'ai été attirée par l'histoire de l'association et par son nom Les Filles du loir : j'ai fréquenté longtemps le même salon de thé parisien « Le loir dans la théière » où les créatrices de l'association se rencontraient au tout début, il y a dix ans. En faisant mes recherches, j'ai constaté qu'il y avait peu d'associations de lecteurs de ce type. »

Samia se dit lectrice assidue, pourtant elle n'a pas toujours aimé lire : « Mon goût pour la lecture s'est développé tardivement, vers quinze ans. Ma sœur, plus jeune, lisait et je la regardais lire sans être du tout attirée par les livres. Je me contentais du Club des cinq...! Et puis, un jour, ma mère m'a obligée à lire La Mare au diable de Georges Sand. Bien sûr, j'ai détesté ce roman puisque j'étais obligée de le lire ! L'obligation empêche tout plaisir ! Ce n'est qu'au Lycée que les livres ont commencé à m'intéresser. J'ai découvert Le Père Goriot, Belle du Seigneur et les auteurs russes. A l'époque, j'avais adoré 37°2 le matin, de Djian. J'ai des goût hétéroclites pour des livres pas forcément commerciaux. C'est aussi pour cela que l'association Les Filles du loir m’intéresse. On sort des lectures dont tout le monde parle au même moment.»

 Même si elle connaissait l'historienne de réputation, Des femmes rebelles est le premier ouvrage de Michelle Perrot qu'a lu Samia. Comme tous les adhérents de l'association, elle a reçu le livre avant la rencontre avec son auteure. Pour Samia, c'est une découverte enthousiasmante : « D'abord, je trouve le format sympa. En tant qu'objet, le livre est agréable à toucher, à manipuler et à lire. Ça compte. Et puis j'ai aimé l'idée de Michelle Perrot de faire cohabiter trois destins de femmes : Olympe de Gouges, Flora Tristan et Georges Sand. Olympe de Gouges, la révolutionnaire, m'était bien connue, j'avais même la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne affichée dans mon bureau quand je travaillais pour la Mission départementale aux droits des femmes. J'ai appris beaucoup sur Flora Tristan. Et ça m'a amusée de retrouver Georges Sand, que j'avais tant détestée quand j'avais été obligée de la lire, et de découvrir quelle femme et quelle auteure elle était vraiment. Le combat de ces trois auteures est toujours très actuel. Deux siècles ont passé, mais on croirait lire la vie de femmes d'aujourd'hui ! La défense des droits des femmes est un puits sans fond. Malgré les avancées, on a l'impression que ça n'a pas tant bougé que ça, depuis le dix-huitième, dix-neuvième siècle. Les jeunes femmes croient que tout est acquis, que leurs droits leurs sont tombés du ciel. Mais non ! A la Mission des droits des femmes, j'ai vu beaucoup de choses, des vies de femmes très difficiles encore aujourd'hui.

Samia NAIT MAZI © 


Olympe de Gouges, Flora Tristan et Georges Sand sont trois femmes féministes et battantes. Elles refusent de se laisser dominer par les hommes, dans une société uniquement dirigée par les hommes, même si elles veulent les hommes à leur côté. Il ne s'agit pas pour elles d'un combat d'un sexe contre l'autre, elles avaient compris qu'il fallait avancer ensemble. Elles refusent aussi de se laisser enfermer dans un rôle qui leur est assigné, parce que elles sont nées femmes.

Ces trois femmes font preuve d'une grande générosité dans leur engagement social et politique. Elles sont avant-gardistes, très modernes. Elles m'ont rappelé certaines femmes contemporaines, par exemple Yvette Roudy, ministre des Droits des Femmes dans les années 1980 ou bien celles qui ne sont pas célèbres mais qui agissent au sein des associations de défense des femmes, et qui font un travail indispensable.

Ce livre de Michelle Perrot est une lecture très agréable. Il permet à la fois de se rafraîchir la mémoire et d'apprendre sur ces trois pionnières du féminisme. Après sa propre analyse de l’œuvre et de la biographie des trois auteures, Michelle Perrot présente des extraits plus ou moins connus de leurs textes, ce qui permet de faire le lien entre l'analyse et l’œuvre. L'ouvrage est complété par de nombreuses références, il est très documenté tout en restant aisé à lire. Rencontrer Michelle Perrot, me permettra de lui poser des questions et puis j'ai maintenant envie de lire un autre ouvrage d'elle, Histoire de chambres, qui a reçu le prix Femina essai en 2009. »

© 

Les Filles du loir vous invitent à rencontrer Michelle Perrot, vendredi 14 novembre 2014 à partir de 19h. Librairie L'Arbre à lettres Mouffetard, 2 rue Edouard Quenu, 75005 Paris.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités