Le long fleuve tranquille de la transidentité

Quelque part, sur le fleuve l'Ongoh, un village est habité par les Oolong où une fille est élevée comme un garçon. Dans un autre village où vivent les Dong-Ding, un garçon est élevé comme une fille. Tous deux affronteront le Kapadnon.

914d-86g1rl

Parution de l’album : Le Fleuve de Claude Ponti

Le dernier né de Claude Ponti vient de voir le jour, avec toujours la même fraîcheur d'invention et de dépaysement total. Le public qui connaît cet auteur transgénérationnel, capable de faire vibrer l'enfant chez les personnes âgées et la personne âgée chez l'enfant, sera encore une fois conquis. Le récit se déplie sous une forme faussement traditionnelle dans une langue qui est un véritable plaisir poétique à prononcer oralement. Et pourtant, tout est si emberlificoté que la raison s'y perd sans cesse. Il faut alors suivre aveuglement les associations phonétiques et se laisser porter par un récit où un monstre est si terrifiant qu'il se nomme Kapadnon, et où les héros ont une identité sexuée transgenre qui fait leur force pour s'imposer dans la société et par la même occasion la sauver. Le récit n'est pas l'essentiel du livre, le monstre au nom imprononçable ayant été utilisé maintes fois utilisé par Claude Ponti comme un décor qui ressemble plus à la ritournelle qu'à un élément signifiant. L'enjeu du livre, c'est le monde décrit, la poésie des mots, les cases qui n'en sont plus tout à fait, leur séparation s'intégrant au dessin comme un élément à part entière, comme s'il n'y avait aucune discontinuité dans les images, comme l'identité fille ou garçon, qui n'est qu'une donnée factuelle parmi d'autres. Une magnifique manière de parler du transgenre en toute simplicité, parce que le monde est monde et que chacun peut y trouver sa place.



Le Fleuve
de Claude Ponti (auteur, illustrateur)

Nombre de pages : 60
Date de sortie (France) : 14 novembre 2018
Éditeur : L’École des Loisirs
Collection : Albums

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.