La cybercriminalité : une guerre internationale de basse intensité

Sur l'espace virtuel de la plate-forme Internet se joue au quotidien et à un rythme continu une guerre méconnue dont les soldats sont des hackers. Les journalistes Étienne Huver et Boris Razon livre ici le résultat de leurs investigations « sur la piste des hackers russes ».

Parution du livre Les Nouvelles guerres d'Étienne Huver et Boris Razon

Si la cybercriminalité est encore méconnue dans ses grandes lignes, elle ne cesse de proliférer à la vitesse conjointe du développement des technologies de télécommunication d'Internet et de la mise en réseau des objets interconnectés. Il ne s'agit pas là d'une matière fantasmatique qui nourrit les scénarios de films d'espionnage mais d'une réalité dont les faits d'armes de la cybercriminalité apparaissent parfois au grand jour dans des attaques de grande ampleur. Les journalistes Étienne Huver et Boris Razon ont plus particulièrement concentré leur enquête sur les activités des hackers russes, ces mercenaires omniprésent du « dark Net », dont certains servent clairement les intérêts hégémoniques d'un Vladimir Poutine. Ainsi, l'Ukraine suite à sa volonté de prendre son indépendance vis-à-vis de Moscou, a vu son réseau informatique être la cible d'attaques sans précédent mettant en danger l'équilibre de la société et même l'intégrité de ses habitants. Ainsi, en quelques secondes, les ordinateurs de particuliers, comme de grandes institutions étatiques ou de grandes entreprises peuvent tomber sous le contrôle total de cybercriminels. Même une puissance militaire comme les États-Unis d'Amérique du Nord ne sont pas du tout à l'abri, comme se fut le cas du parti démocrate, dont le site a été piraté lors de la dernière campagne présidentielle où Trump a pu prendre le pouvoir malgré toutes ses expressions ouvertes de haine et de mépris. On voit avec cet exemple que le scandale du Watergate se reproduit à travers de nouveaux outils dans une véritable guerre de basse intensité en l'absence physique de tout soldat sur le terrain des combats. On n'est pas loin des stratégies de l'espionnage de la guerre froide mais dans une nouvelle ère : celle du néolibéralisme où les guerres sont sous-traitées par des mercenaires et d'obscures sociétés privées.
Le livre dresse ainsi l'état de la contemporanéité de cette cyberguerre et parallèlement le journal de l'infiltration lente et difficile des journalistes pour mener à bien leur enquête. Il s'agit là d'un premier aperçu brut et saisissant, encore loin effectivement dans ce monde du secret de livrer toute la planisphère des enjeux de pouvoir en cours qui complète les activités des lanceurs d'alertes.



les-nouvelles-guerres-1
Les Nouvelles guerres. Sur la piste des hackers russes
d'Étienne Huver et Boris Razon

Nombre de pages : 253
Date de sortie (France) : 2 mai 2019
Éditeur : ARTE Éditions / Stock




 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.