"Josef von Sternberg. Les jungles hallucinées" un ouvrage de Mathieu Macheret

Plongée dans le cinéma de Josef von Sternberg, dans un univers foisonnant où les histoires d’amours passionnées, trahies et violentées finissent souvent mal en général tandis que l’expression de l’expérience de l’humaine condition en sort d’autant plus forte avec l’appui de personnages féminins sculpturaux.

Parution du livre Josef von Sternberg de Mathieu Macheret

Sorti conjointement aux éditions Capricci avec le livre consacrée à Marlene Dietrich écrit par Camille Larbey, cette exploration de la filmographie de l’un des grands mentors de la diva tombe à point nommé pour venir éclairer cette période de transition entre le cinéma muet et le parlant autour de cinéastes et d’acteurs-rices qui ont réussi à faire communiquer les plus brillantes avancées entre les deux. Tel est le cas de Josef von Strenberg qui a appris du parlant à construire un décor et à faire émerger une image émotionnelle à partir de la lumière. Cette plongée dans les prémisses du cinéma parlant est une singulière époque de formation qui a bénéficié de l’apport de créativités singulières à l’instar de celles de Sternberg. Il fallait bien un ouvrage après une rétrospective intégrale à la Cinémathèque pour rappeler la force de ce cinéma.

Mathieu Macheret livre ici une riche plongée analysant film par film dans une progression chronologique la force de mise en scène du cinéaste. Allant plus loin que la profusion baroque qu’on lui attache aisément, les analyses libres et détaillées de chaque film s’attachent autant au fond des histoires de passions amoureuses déchirantes que de la forme à travers les moyens choisis pour les illustrer. Prenant ses distances avec le réalisme et les portraits psychologisant tout autant que les codes des films de genre, Sternberg a su s’imposer dans les années 1930 à Hollywood avec une succession de chefs-d’œuvre correspondant d’ailleurs avec sa collaboration continue avec l’actrice Marlene Dietrich (L'Ange bleu, Morocco, Agent X27, Shanghaï Express, Blonde Venus, L'Impératrice rouge, La femme et le pantin). L’approche psychologique est omniprésente, dans le récit comme dans la mise en scène à son service. L’approche de Sternberg participe singulièrement au masochisme pleinement assumé dans les destinées de ses personnages. Mathieu Macheret privilégie les films à la biographie de Sternberg dans un élan cinéphile assumé et ainsi entretenir la flamme de la force lumineuse de ses films.

 

sternberg-couv-1
Josef von Sternberg. Les jungles hallucinées
de Mathieu Macheret

Nombre de pages : 216
Date de sortie (France) : 18 mars 2021
Éditeur : Capricci

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.