Billet de blog 2 déc. 2021

"Le Cinéma de Benoît Delépine et Gustave Kervern" de C. Geudin et J. Imbert

Un road trip passionnant dans la filmographie de Benoît Delépine et Gustave Kervern à l’occasion de la rétrospective intégrale de leurs films qui s’est déroulée au festival CinéComédies de Lille 2021.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parution du livre Le Cinéma de Benoît Delépine et Gustave Kervern de Christophe Geudin et Jérémie Imbert

Jérémie Imbert en tant que fondateur de CinéComédies et directeur artistique du festival du même nom à Lille, donne une dimension plus large et complète à l’exploration du cinéma du trublion de choc et de charme du cinéma français en leur consacrant une rétrospective intégrale et l’édition de cet ouvrage. Ad Vitam a depuis édité en coffret DVD l’ensemble de leur filmographie, à savoir neuf longs métrages ainsi que des compléments incluant un moyen métrage inédit Mords-les de 2020 avec Brigitte Fontaine, Benoît Delépine et Gustave K/vern.

Coécrit avec le journaliste et auteur Christophe Geudin, également conseiller éditorial du festival CinéComédies, Le Cinéma de Benoît Delépine et Gustave Kervern est conçu sur l’exploration chronologique des neufs longs métrages des cinéastes à partir d’une série d’entretiens avec les deux réalisateurs mais également avec les membres de l’équipe du film en question, qu’il s’agisse des acteur.rice.s, ou encore des complices fidèles à savoir le chef opérateur Hughes Poulain et le monteur Stéphane Elmadjian qui ont été de chacun de leurs films. D’ailleurs, ce qui émerge largement dans cette lecture, c’est bien à l’image du duo de réalisateurs, cette ambiance complice et chaleureuse d’un groupe d’amis qui se retrouvent sans cesse d’un film à l’autre. En effet, des acteurs sont récurrents et la troupe s’agrandit toujours plus, de Benoît Poelvoorde, Bouli Lanners, Noël Godin qui sont là depuis leur premier film Aaltra, à ceux qui sont arrivés en cours de route et qui depuis reviennent régulièrement en rôle principal aussi bien que pour un clin d’œil amical : Gérard Depardieu, Jean Dujardin, Albert Dupontel, Yolande Moreau, Vincent Lacoste, Albert Delpy, Michel Houellebecq, Robert Dehoux, Miss Ming, le regretté Christophe Salengro de Groland, Vincent Tavier… Le talent de ces vrais frères de cinéma est d’avoir fédéré des énergies disparates sur un même projet et de mêmes valeurs politiques pour égratigner avec intelligence et un humour décapant toujours renouvelé de film en film le capitalisme dans toute son inhumanité.

La réunion de tous ces témoignages précieux offre une description précise des enjeux de la réalisation de chacun de leurs films et multiplie de la même manière dans une dynamique chorale les points de vue pour appréhender la dimension résolument collective de leur réalisation. Un ouvrage précieux, passionné et incontournable qui peut aussi bien se lire page après page que comme une mini encyclopédie pour explorer un film en particulier. En outre, les paroles sont très bien accompagnées d’un fond extraordinaire d’images de tournage faisant de ce livre le making of le plus complet sur l’art de la réalisation de Benoît Delépine et Gustave Kervern.

Comme un roman avec une chute finale quelque peu triste, on apprend que Delépine et Kervern cessent leur réalisation après Effacer l’historique ! Sauf qu’à l’heure actuelle où cet article paraît, en décembre 2021, ils ont été identifiés en train de tourner leur dixième long métrage dans le Tarn. Entre fausse rumeur et vrai film, la vérité sera certainement ou non sur les écrans l’année prochaine pour un road trip qui n’a pas fini son exploration cinématographique.

Le Cinéma de Benoît Delépine et Gustave Kervern
de Christophe Geudin et Jérémie Imbert

Nombre de pages : 240
Format : 16 x 24 cm
Date de sortie (France) : 22 septembre 2021
Éditeur : La Tengo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose