L’enchantement urbain retrouvé par la flore

C’est non sans tristesse que la petite Maé déménage et quitte son tendre jardin pour un appartement en ville où elle ne trouve aucune place pour des arbres et des fleurs.

Parution de l’album jeunesse : Florette d’Anna Walker

Malgré la puissance de son imagination, il est difficile à la petite Maé de retrouver le charme d’un foyer près d’un jardin où elle était si aisément en contact avec la nature. Or, c’est bien elle qui parviendra à réenchanter un milieu urbain chargé d’immeubles gris déshumanisés. Le livre aborde avec subtilité la douleur conséquente à un déménagement en proposant aux enfants d’être les acteurs de leur propre lieu de vie, quand bien même on passe de l’enchantement de la campagne à la vie pragmatique de la ville. Le récit avec ces quelques lignes offertes généreusement au plus jeune âge est aussi une sensibilisation au plaisir de l’enchantement par le contact avec la nature et la magie de voir prendre racines des plantes pleines de vie tout autour de soi ! Les dessins rendent bien compte de la pesanteur de l’architecture massive propre à la ville dans laquelle déambule avec un esprit toujours libre l’esprit d’un enfant apte à saisir les opportunités de rendre la ville plus souriante.

 

 

a1n7ilyj7hl
Florette
d’Anna Walker (auteure, illustratrice)

traduit de l'américain par Rosalind Elland-Goldsmith

Nombre de pages : 40
Date de sortie (France) : 28 août 2019
Éditeur : Kaléidoscope
Distributeur : L’École des Loisirs

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.