Le cinéma de Satyajit Ray éclairé par la littérature de Tagore… et réciproquement

L’écrivain Rabindranath Tagore a eu une énorme influence sur l’œuvre cinématographique de Satyajit Ray qui l’a adapté à plusieurs reprises.

Au sujet de l’édition du livre Rabindranath Tagore - Satyajit Ray : une filiation indienne

Cet ouvrage est le résultat des réflexions universitaires menées par le SCRIPT (Scénaristes Créateurs réalisateurs Interprètes Performers Traducteurs) dirigé par Brigitte Gauthier à l’université d’Évry-Val-d’Essonne. L’enjeu ici est de saisir la richesse d’une réflexion sur la langue en se confrontant à différents arts. Il est ainsi judicieux de comprendre l’effervescence créatrice à l’œuvre dans le cinéma de Satyajit Ray qui s’est énormément nourri de la pensée de l’auteur Rabindranath Tagore en dehors même des films qui ne sont pas des adaptations de ses ouvrages. La subtilité du cinéma de Satyajit Ray ne se comprend pas pleinement si l’on fait l’impasse sur l’écrivain. C’est pourquoi dans cet ouvrage la figure centrale étudiée est celle de l’écrivain plus que le cinéaste, le cinéma venant compléter et surtout poursuivre le travail de réflexion et de critiques profondes à l’égard de la société indienne dans l’œuvre littéraire de Tagore. L’ouvrage est constitué de différents articles de contributeurs universitaires distincts qui s’attachent avant tout à Tagore en l’associant parfois à Satyajit Ray. Il découle ainsi de la lecture de cet ouvrage d’abord une découverte très ample de Tagore et ensuite un nouveau plus nourri sur le cinéma indien de celui qui a longtemps en Europe été considéré comme l’unique représentant du cinéma d’auteur indien.

 

450911266
Rabindranath Tagore - Satyajit Ray : une filiation indienne
sous la direction de Brigitte Gauthier et avec le concours d’Amrit Inamdar

Nombre de pages : 283
Date de sortie (France) : 25 septembre 2014
Éditeur : L’Entretemps
Collection : Les Points dans les poches

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.