"L’Ordinaire au cinéma" un livre d’Arnaud Guigue

Que présente le cinéma de notre réalité humaine ? Pour un art du saisissement de l’immédiateté, quand bien même celle-ci serait totalement artificielle, le cinéma développe nécessairement un rapport avec la représentation du quotidien qu’Arnaud Guigue propose dans son ouvrage d’interroger.

Parution du livre L’Ordinaire au cinéma d’Arnaud Guigue

C’est en tant que philosophe cinéphile qu’Arnaud Guigue pose dans son ouvrage un regard sur l’histoire du cinéma à travers le prisme de la représentation de l’ordinaire. Car si le cinéma est une expression artistique mise en spectacle, cela ne signifie pas nécessairement que les films soient nécessairement spectaculaires dans un refus de l’ordinaire qui serait le propre de chacun. Arnaud Guigue montre que le cinéma ne peut faire l’économie du quotidien, même si la propension du cinéma hollywoodien de ces dernières décennies tournée vers les blockbusters de super-héros tournés sur fond vert pourrait laisser entendre que l’ordinaire ferait fuir la majorité des spectateurs.

Or, le souci de la quotidienneté n’est pas l’apanage du néoréalisme. Ainsi, un cinéaste de studio épris de contrôle de ce qui se passe devant sa caméra qu’est Alfred Hitchcock, a besoin pour raconter ses histoires extraordinaires de les inscrire dans un cadre ordinaire. Arnaud Guigue, connaisseur de la Nouvelle Vague comme il en a témoigné dans son précédent ouvrage Truffaut & Godard, la querelle des images (2014) ainsi que ses livres consacrés à Truffaut, cite abondamment les films de Rohmer, Truffaut et Godard dans cet ouvrage, sans oublier pour les décennies suivantes Pialat, Téchiné, Belvaux, etc. Le cinéma d’Ozu illustre de son côté une représentation du quotidien qui prend un tout autre sens que celui pris en charge dans le cinéma occidental compte tenu de la dimension sacrée de nombreux rituels du quotidien, qu’il s’agisse d’un repas comme du passage d’un espace à un autre.

Cette analyse est d’autant plus pertinente qu’elle offre une lecture inédite du cinéma dans sa grande diversité en ouvrant de nouvelles pistes d’interprétations fructueuses. Au fil des chapitres consacrés à différents thèmes caractéristiques de la quotidienneté, l’auteur délivre une histoire des représentations du quotidien au cinéma. Les choix des références sont certes subjectifs mais cela n’empêche pas de regretter l’absence de nombreux pays, l’essentiel des références étant issu des cinématographies des USA, de France et du Japon. De même, la réflexion aurait gagné à intégrer le cinéma documentaire dans son rapport à l’ordinaire, lui qui est précisément considéré comme le dépositaire de la vérité du quotidien. De même, le cinéma d’animation est le grand oublié des analyses alors que la dynamique de rendre vraisemblable un récit à travers des éléments de l’ordinaire est aussi valable quand on l’anime.

La réflexion initiée par Arnaud Guigue, malgré ces quelques lacunes, engage une réflexion passionnante sur le sens de ce que l’on ne voit pas toujours au cinéma, puisqu’on croit le connaître comme élément qui fonde notre appréhension de la réalité.

 

 

9782271119865
L’Ordinaire au cinéma
d’Arnaud Guigue

Nombre de pages : 204
Date de sortie (France) : 21 janvier 2021
Éditeur : CNRS Éditions

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.