Le Katorza : un siècle d’histoire d’une salle de cinéma nantaise

La salle de cinéma Le Katorza fêtait en 2020 ses 100 ans d’existence : une belle opportunité dès lors autour d’un livre de plonger dans toute une histoire symptomatique des différentes étapes de l’exploitation du cinéma en France.

Parution du livre La Folle histoire du Katorza de Caroline Grimault, Marc Maesen et Stéphane Pajot

La salle de cinéma nantaise porte le nom d’un forain, Salomon Katorza, qui a exploité le cinéma itinérant avant de se sédentariser dans une salle de cinéma. Depuis, Le Katorza est passé entre les mains de différentes mains, du côté de la direction comme de la propriété des lieux mais n’a jamais changé de nom, phénomène rare dans l’histoire des salles de cinéma en France. Caroline Grimault et Marc Maesen, respectivement l’actuelle directrice du cinéma Le Katorza et son directeur adjoint, aux côtés du journaliste à Presse Océan Stéphane Pajot, ont tenu à rendre hommage à la formidable aventure de cette salle durant un siècle en plongeant dans les différents épisodes qui l’ont construite et aussi détruite, notamment avec le bombardement de l’armée de l’air américaine en 1943 avant de rouvrir en 1951. Pour le public Nantais et plus largement dans la mémoire collective, Le Katorza est devenu au fil de toutes ces décennies un lieu incontournable pour la cinéphilie où d’ailleurs ont choisi de s’installer les projections de la plupart des festivals annuels de cinéma, à l’instar des 3 Continents et des rencontres du cinéma espagnol.
Autour de cette histoire, on peut aisément imaginer en écho l’histoire des autres salles de cinéma qui ont dû faire face à la concurrence de la télévision, des multiplexes, du numérique, etc. La longévité de la salle permet ainsi de traverser un siècle d’exploitation du cinéma pour découvrir également les enjeux sociaux, culturels et économiques d’une salle de cinéma. Bien nourri d’informations historiques et de photos présentes à chaque page, cet ouvrage écrit à six mains est une opportunité pour appréhender le mouvement invisible au temps d’un lieu culturel sans cesse contraint à évoluer pour faire face à la réalité de chaque époque. Ceci permet de relativiser la prégnance de la force plombante de la sédentarité décidée au début du siècle lorsque les forains ont laissé la place à des propriétaires immobiliers lorsqu’ils ne le sont pas devenus eux-mêmes comme ce fut ici le cas pour Salomon Katorza et de son frère.

 

 

p1
La Folle histoire du Katorza. 100 ans de cinéma à Nantes
de Caroline Grimault, Marc Maesen et Stéphane Pajot

Nombre de pages : 156
Date de sortie (France) : 11 mai 2020
Éditeur : Éditions d’Orbestier

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.