Le miracle, une affaire de foi au cinéma

Durant toute l’histoire du cinéma, le thème du miracle dans ou en dehors de la religiosité a touché et marqué profondément certains cinéastes qui ont fait de ce sujet un thème de prédilection. Timothée Gérardin propose un nouveau voyage en terre de cinéma en se focalisant sur le miracle.

Parution du livre Cinémiracles, l’émerveillement religieux à l’écran de Timothée Gérardin

Après la publication de son livre Christopher Nolan, la possibilité d’un monde (2018) paru également chez le même éditeur Playlist Society, Timothée Gérardin est de retour pour explorer un thème peu traité dans les analyses de films et pourtant bien inhérent au Septième Art : le miracle ! Après s’être focalisé sur la spécificité d’un cinéaste contemporain, Timothée Gérardin s’approche de près du miracle. Il commence en s’attachant d’abord aux cinéastes les plus connus pour avoir traité frontalement le miracle à travers des approches diamétralement distinctes, à savoir l’austérité de Dreyer et le spectaculaire de Cecil B. De Mille. L’auteur élargit ensuite son spectre et souligne les approches de cinéastes des deux côtés de l’Atlantique : Bruno Dumont, Pier Paolo Pasolini, Roberto Rossellini, Martin Scorsese, Paul Schrader, Maurice Pialat, Luc Besson, Lars von Trier, Ingmar Bergman, Andreï Tarkovski, Akira Kurosawa, Manoel de Oliveira, Luis Buñuel… Au final, on en viendrait à se demander quel cinéaste n’a pas traité le miracle puisque le cinéma est intrinsèquement associé à une histoire de foi dans les histoires racontées. Disons que figurent ici surtout les « grands auteurs » du cinéma reconnu des USA et d’Europe principalement et que la cinématographie latino-américaine est encore une fois oubliée, alors que le cinéma de cette aire géographique est extrêmement lié aux miracles pour des pratiques culturelles de la religiosité inédites du reste du monde. Par exemple, Glauber Rocha et son magistral Le Diable noir et le diable blond (1964) qui a révolutionné le cinéma au sein du Cinema Novo aurait mérité de nombreuses pages d’analyses fécondes…
En revanche, les réflexions proposées des films pour comprendre ceux-ci par le filtre du miracle sont d’une grande perspicacité, parfois un peu complexe mais toujours judicieuses. Timothée Gérardin offre ainsi une nouvelle voie pour lire et redécouvrir l’histoire du cinéma, de Méliés au cinéma contemporain.

 

 

couv-cine-miracles-le-merveillement-religieux-a-le-cran
Cinémiracles, l’émerveillement religieux à l’écran
de Timothée Gérardin

Nombre de pages : 168
Date de sortie (France) : 25 août 2020
Éditeur : Playlist Society
Collection : essai/cinéma

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.