"Bertrand Blier, cruelle beauté" un livre de Vincent Roussel

Décrié, incompris et pourtant acclamé à la fois par la critique et le public pour nombre de ses films devenus cultes, Bertrand Blier est un cinéaste qui n’a cessé de déranger un cinéma français ronflant.

Parution du livre Bertrand Blier, cruelle beauté de Vincent Roussel

Cette monographie consacrée au cinéaste Bertrand Blier est une défense et une illustration de la part du critique de cinéma Vincent Roussel à l’égard d’un grand trublion de l’industrie du cinéma français promptement classé entre Clouzot, Audiard, Buñuel et Godard. Voué aux hégémonies pour l’inconvenance de ces films, l’ombre de la misogynie a depuis Les Valseuses (1974) toujours plané comme une épée de Damoclès sur la singularité du regard de Bertrand Blier sur la société française et la nature des rapports hommes/femmes. Or, comme l’explique grâce à une analyse fine de chacun des films Vincent Roussel, c’est davantage la bêtise de l’immaturité masculine dont le cinéaste se fait le portraitiste. Derrière l’accusation erronée de misogyne se cache davantage une réelle misanthropie que le cinéaste tente d’affronter à coup de bons mots et de détournements surréalistes de la morne réalité. Au fil des sujets jusque-là rarement traités dans le cinéma français, Bertrand Blier a su se connecter avec la société contemporaine au cœur de sa sensibilité profonde sur des thèmes aussi graves que profonds tout en se tenant dans une distance respectable à l’égard du naturalisme quelque peu suspect pour lui.
Vincent Roussel, l’infatigable âme nourricière du blog « Le Journal cinéma du Dr Orlof » depuis 2004, suit la filmographie des Bertrand Blier en décortiquant chacun de ses films avec une égale attention : que le film en question soit un chef-d’œuvre ou un cumul de maladresses, chacun a droit à une profonde description qui permet de comprendre la personnalité d’un cinéaste dans l’exhaustivité de ses réalisations. En cinéphile patenté, l’auteur de cet ouvrage se concentre avant tout sur les films en laissant de côté la vie privée de Bertrand Blier, même si les ombres du père et de la mère du cinéaste finissent par émerger de la compréhension fine de son œuvre. Ces analyses toujours bienveillantes sont également complétées systématiquement par la réception publique et critique au moment de la sortie du film dans les salles avec les citations de quelques journalistes. Cette monographie se révèle être ainsi une précieuse approche d’un cinéaste qui gagne à être redécouvert pour saisir finement les problématiques non avouées de chaque décennie de la société française.

 

 

510lmj1hcml
Bertrand Blier, cruelle beauté
de Vincent Roussel

Nombre de pages : 352
Date de sortie (France) : 12 novembre 2020
Éditeur : MAREST Éditeur

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.