"La Venin, tome 3 : entrailles" un roman graphique de Laurent Astier

Après avoir pris sous son aile Claire, une jeune orpheline, Emily part pour sa nouvelle destination sur une exploitation pétrolifère où elle est attendue en tant qu’institutrice.

Parution du roman graphique La Venin, tome 3 : entrailles de Laurent Astier

Dans ce nouvel épisode, Emily, l’émule de Calamity Jane, poursuit sa mission vengeresse mais cette fois en s’attendrissant davantage au contact de deux personnes qu’elle invite à partager sa route alors que celles-ci ont tout perdu. Sa nouvelle destination permet d’évoquer la folie de l’or noir qui crée de nouveaux esclavages chez les ouvriers qui se tuent littéralement à la tâche pour un salaire de misère, dans un cadre environnemental où la pollution a d’ores et déjà détruit toute source de vie. Sur son chemin, Emily fait face aux adeptes du Klu Klux Klan derrière les cagoules desquels se cachent les représentants officiels de l’État. Elle prend également part à la création d’un mouvement syndical du côté des ouvriers, alors que tout mouvement de contestation au pays du rêve américain est écrasé sans complexe dans une violente répression comme l’évoque encore un sanglant épisode dans cette histoire.
Les aventures de ladite Venin, plus qu’une nouvelle version de l’héroïne vengeresse de La Mariée était en noir (F. Truffaut) ou de Kill Bill (Q. Tarantino) est un prétexte à visiter l’état de l’Amérique à l’orée du XXe siècle, en parcourant notamment le pays d’Est en Ouest, toujours à travers deux époques suivies en parallèle.
Et alors que l’on pouvait s’attendre à la clôture de la saga avec une classique trilogie, l’histoire se poursuivra avec un quatrième dont on attend de nouveaux dénouements, surtout après les importantes révélations qui ont vu le jour au terme de ce troisième tome.

 

 

entrailles
La Venin, tome 3 : entrailles
de Laurent Astier (dessin, scénario, couleur)

Nombre de pages : 64
Date de sortie (France) : 28 octobre 2020
Éditeur : Rue de Sèvres

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.