Ultime ouvrage posthume illustré par Maurice Sendak

Presto et Zesto arrivent à Limboland sans savoir pourquoi, comment et quand. Ils doivent cependant trouver un cadeau pour le mariage d'un couple de betteraves pour que celui-ci puisse avoir lieu.

1559836627

Parution de l’album : Presto et Zesto au Limboland d'Arthur Yorinks et Maurice Sendak

Voici le dernier livre à titre posthume de Maurice Sendak dont les dessins et les textes ont été retrouvés parmi ses archives. Tout commence autour de l'amitié entre Arthur Yorinks et Maurice Sendak qui se sont respectivement appelés Presto et Zesto. Cet ouvrage est finalement leur troisième collaboration. Tout a commencé avec les illustrations que Maurice Sendak, le père de Max et les Maximonstres, a réalisé en 1990 pour accompagner une comptine tchèque mais le projet est resté sans suite. En 1997, Sendak reprit avec son ami Arthur Yorinks ces illustrations et ensemble se sont amusés à leur inventer une histoire. Le tout est resté sans objectif d'édition et après le décès de Maurice Sendak en 2012, Lynn Caponera, présidente de la Fondation Maurice Sendak, les a redécouverts. Cet ouvrage constitue un bel hommage à l'amitié nourrie entre Sendak et Yorinks, parfaitement incarnés par Presto et Zesto même si ceux-ci sont pratiquement absents des illustrations. L'histoire est complètement loufoque et assumée comme telle dans l'esprit du monde follement merveilleux découvert par le personnage d'Alice de Lewis Caroll. Les illustrations toujours très inspirées de Maurice Sendak qui naviguent entre humour iconoclaste et scènes chargées de récit se marient avec truculence avec les textes de son compère Arthur Yorinks. La fertile imagination de Maurice Sendak en collaboration avec Arthur Yorinks est une fois de plus ici encore atemporelle.




Presto et Zesto au Limboland
d'Arthur Yorinks (auteur) et Maurice Sendak (illustrateur)

Nombre de pages : 28
Date de sortie (France) : 19 juin 2019
Éditeur : L’École des Loisirs
Collection : Albums



 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.