Le sacré dans le cinéma anglo-saxon par Jean-Philippe Costes

Et si le cinéma hollywoodien était une invitation à repenser notre lien humain au sacré ? Jean-Philippe Costes propose un nouveau voyage à travers le cinéma anglo-saxon durant un siècle.

Parution du livre La Sagesse du septième art de Jean-Philippe Costes


Après Les Subversifs hollywoodiens, l'esprit critique du cinéma grand public (Liber, 2015), Jean-Philippe Costes replonge dans l'histoire du cinéma américain mais aussi anglo-saxon dans son ensemble en proposant une lecture toute personnelle de chaque cinéaste dont il analyse à grands traits la filmographie en y démontrant la spécificité récurrente d'un film à l'autre. Le cinéma américain en apparence laïc est traversé par le rapport au sacré divin. Jean-Philippe explore cette thématique en distinguant en deux parties 15 cinéastes du profane et 15 cinéastes du sacré. Il prouve ainsi que la matière de ses analyses est infinie, laissant libre cours à d'infinies interprétations. Le livre est comme le cousin de son précédent, poursuivant ses réflexion visant à défendre une vision de l'histoire du cinéma made in USA. Les réflexions et analyses des films se révèlent être d'une profonde pertinence, révélant chez l'auteur une érudition rare en matière cinématographique.

Ajoutons à cela qu'il fait une ouverture au cinéma anglo-saxon puisqu'il invite quelques cinéastes britanniques à ses analyses. Malgré tout, toujours pas de femmes au panthéon des cinéastes émérites. Pas non plus de surprises en ce qui concerne le choix des cinéastes. L'intérêt se trouve dans le voyage de la filmographie de chaque cinéaste à travers de nouveaux critères d'évaluation oùs l'ensemble des films finissent par présenter des problématiques communes fortes.



9782895786559-large
La Sagesse du septième art. Répondre aux grandes questions avec le cinéma anglo-saxon
de Jean-Philippe Costes

Nombre de pages : 512
Date de sortie (France) : 11 février 2019
Éditeur : Liber


 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.