"La Guerre invisible. Tome 1 : L'Agence" une BD de Frank Giroud et Olivier Martin

En Égypte en 1951, des agents de la CIA utilisent un orphelin pour retrouver la trace d’un savant allemand afin de l’exfiltrer aux USA.

Parution du roman graphique La Guerre invisible de Frank Giroud et Olivier Martin

Cette histoire renoue avec le goût des histoires d’espionnage dans une ambiance vintage de retour aux origines puisque l’action se situe au moment clé de la naissance de la CIA. Celle-ci était alors affairée à récupérer le maximum de savants criminels de guerre pour participer aux efforts de la Guerre Froide que se mène les deux blocs idéologiques dans leurs courses paranoïaques pour l’accès aux armes de destruction massive. L’histoire est tout d’abord ici focalisée sur une jeune femme au cœur de glace, sans scrupule pour manipuler un orphelin afin de suivre la mission édictée par la CIA qui l’emploie. Quant audit orphelin, son point de vue est partagé car la mission n’est possible que par son intermédiaire mais en étant cyniquement manipulé par les adultes.

Cette affaire d’espionnage a le mérite de plonger dans une époque historique précise décrivant le cynisme politique sans scrupule des uns et des autres pour parvenir à leurs fins. Le scénario écrit par Frank Giroud s’oriente malgré tout sur l’espoir du triomphe de l’humanisme où des individus finissent par faire des choix personnels prenant conscience des enjeux humains au-delà des stratégies géopolitiques ne faisant qu’amplifier l’état de guerre mondial.

L’histoire est courte, résolue en moins de cinquante pages mais se révèle au bout du compte n’être que le premier épisode d’une intrigue loin d’être résolue, dans la tradition des histoires à épisodes des comics et serials.

 

 

la-guerre-invisible-t1-0
La Guerre invisible. Tome 1 : L’Agence
de Frank Giroud (scénario) et Olivier Martin (dessin)

Nombre de pages : 48
Date de sortie (France) : 27 janvier 2021
Éditeur : Rue de Sèvres
Collection : BD Ado-Adultes

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.