Hommage à Guernica, symbole de la lutte contre le fascisme

L’armée franquiste ne voit pas d’un bon ton la liberté d’expression de Picasso en appui auprès des Républicains : des hommes sont alors envoyés à Paris pour assassiner l’artiste et lui voler « Guernica », afin de détruire ce symbole puissant de dénonciation du fascisme.

Au sujet du roman graphique Le Fragment de Fernando Llor, Rafael Vargas et Jose Exposito

Autour de cet épisode fictif de la tentative d’assassinat de Pablo Picasso par des franquistes et le vol d’un fragment de son tableau, l’histoire originale de Fernando Llor rend hommage au symbole que représenta en son temps Guernica, qui fut commander par le gouvernement républicain espagnol en pleine guerre civile. Cette peinture a eu en effet pour conséquence d’offrir une nouvelle médiatisation des massacres en Espagne avec l’avancée de l’armée de Franco soutenue militairement par les troupes d’Hitler et Mussolini. Si l’engagement de l’artiste est essentiel pour lutter contre le fascisme, ce roman graphique ne lui offre pas nécessairement le beau rôle, les protagonistes étant davantage des Républicaines et des Républicains de l’ombre. Les personnages d’action sont ici des femmes dans un cadre majoritairement masculin et machiste, comme le stipule bien l’idéologie fasciste. Pablo Picasso est ici présenté comme un artiste orgueilleux, qui n’a certes pas peur de la mort mais entraîne par son attitude le danger de ceux qui dans l’ombre agissent pour le sauver. Ainsi, plus que Picasso, c’est le symbole qu’a constitué la peinture Guernica pour dénoncer internationalement le fascisme en train d’assassiner la république espagnole avec l’appui implicite des démocraties européennes qui préféraient fermer les yeux… Au moment où l’Espagne s’interroge sur la légitimité de la royauté remise en scène par Franco avant de quitter le pouvoir, Le Fragment est un roman graphique au récit condensé qui vient rappeler la mémoire d’une histoire encore récente.

 

 

84736100933270l
Le Fragment
La Pieza
de Fernando Llor (auteur), Rafael Vargas (dessinateur), Jose Exposito (coloriste)
traduction de l’espagnol par Benjamine des Courtils

Nombre de pages : 72
Date de sortie (France) : 6 juin 2019
Éditeur : Nouveau monde éditions
Collection : Nouveau monde graphic

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.